Posts tagged ‘vitrail’

Le Passeur de Lumière

Bernard Tirtiaux

    » La lumière est diffuse « , dit Rosal de Sainte-Croix au jeune Nivard de Chassepierre.  » Elle est fugace, changeante, capricieuse. Elle a toutes les ruses. Jamais tu ne seras satisfait de ton ouvrage, si beau soit-il. Jamais tu n’auras assez de couleurs dans tes casiers pour donner vie à un vitrail comme tu le souhaites, jamais tu n’auras la certitude de colorer juste comme on chante juste. Qu’importe! Tes pas partent du feu et tu dois atteindre le feu, devenir un maître en ton art.  » Nivard ne déçut pas le chevalier qui attendait de lui la plus vertigineuse escalade jamais rêvée vers la lumière. Animé par une passion presque charnelle pour le verre et ses sortilèges, il récolte d’Orient en Occident les couleurs alchimiques de nos cathédrales. Il oeuvre en Bavière, à Saint-Denis, au Mans, à Chartres… La quête déchirée de ce  » passeur de lumière  » sera alors celle d’un artisan sublime, funambule oscillant entre le ciel et l’ombre…

Ouvrant ce livre, vous n’allez plus le lâcher pour partir en quête de la lumière à travers le sombre destin de Nivard de Chassepierre, maître verrier. Chevauchez à ses côtés à travers une période troublée et féconde, quand hommes et idées circulaient sur les routes dangereuses de la guerre et du savoir.

Drames et bonheurs alternent dans cette chanson de geste contée avec des mots ciselés, précieux, choisis, en harmonie,  telles les nuances que Nivard tente de créer à partir de métaux rares ou de formules magiques…Bernard Tirtiaux n’est-il pas verrier lui-même ?     L’époque est romane, les églises sombres et rébarbatives…mais des hommes, moines ou chevaliers cherchent d’autres chemins pour aller vers la clarté divine. On est à l’aube du Gothique avec  le désir de tendre vers toujours plus de ciel et de pureté. Les fenêtres se font plus hautes, les dentelles de pierre plus délicates pour  se rapprocher de Lui, de l’impossible, de toutes les manières : nouvelles façons de prier, de construire, de penser…se surpasser par l’excellence ou l’ascèse pour atteindre le salut. Architectes, forgerons, verriers. l’Europe entière bouillonne de cet élan. Nivard en est possédé, c’est l’Adepte, l’élu, celui qui concentre assez de force et d’intelligence pour assumer la lourde tâche, loin de tout sectarisme ou de toute religiosité.

Avec Soma, son ange gardien, géant d’ébène à la force herculéenne, Nivard ira jusqu’en Orient pour percer les mystères de la couleur..Moultes aventures, tragiques, épiques, une vie personnelle brisée..le prix à payer, le prix accepté pour pénétrer l’alchimie de la lumière. Perfection des couleurs : le bleu, le rouge, le violet..toute la science du monde connu y participe.  Pris dans la tourment du récit..trop noir parfois, je me suis demandée s’il fallait vraiment  accumuler tous les malheurs de la terre sur les épaules de ce pauvre Nivard . Est-ce  pour donner à  sa quête une dimension surhumaine,  mythique ? Nivard, l’idéal de l’artisan tout entier habité par une mission sacrée qui le dépasse et le consume ? Sans doute. En tout cas, ce livre rend vraiment un bel hommage à tous ces compagnons d’alors qui travaillaient et bâtissaient pour l’éternité.

Une  lecture prenante, qui nous transporte dans un monde où les églises étaient comme des livres d’images éclairées par les miroitements d’un soleil multicolore. Ce devait être extraordinaire, car on sait maintenant que l’intérieur même des églises était peint!  Un roman historique, d’aventure, d’amour… Un excellent moment de lecture, qui devrait donner lieu à un super film ! Dommage que Sean Connery soit trop vieux, il aurait fait un Nivard épatant !

Publicités

16 février 2012 at 15 h 37 mi 4 commentaires


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :