Posts tagged ‘photos’

ciel nocturne

En fermant les volets ce soir, j’ai photographié le ciel car j’y ai vu un visage souriant à demi caché par une mèche de nuages noirs ; augure-t-il d’une nuit pleine de songes ? Ou est-ce plutôt un cheval qui galope autour du monde à la recherche du soleil ….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

7 octobre 2014 at 18 h 27 mi 2 commentaires

Chic … Bientôt le printemps !

Chez nous, en Normandie il faudra attendre un peu 🙂OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

12 mars 2013 at 7 h 39 mi 2 commentaires

Rancinan II

   Gérard Rancinan  continue d’interpréter le monde !

      Il met en scène la rébellion, les excès de la société de consommation, nos efforts dérisoires pour la conserver. Il donne à voir en s’inspirant d’oeuvres emblématiques ou en composant des images qui, au-delà d’un esthétisme un peu kitsch, véhiculent un message politique qui nous pousse à sortir de notre bulle, de celle que créent tous les moyens d’information et de manipulation de l’opinion ; c’est aussi la bulle qu’on s’invente pour essayer de comprendre et d’assembler les éléments qui font notre histoire.

Emeutes-RancinanPhoto-RancinanGerard-RancinanGérard-Rancinan-Soldiers-save-your-value

 

  Son site est ici

31 janvier 2013 at 7 h 30 mi Laisser un commentaire

Walker Evans, La soif du regard

Gilles Mora et Johwalkn T. Hill

L’éditeur : Walker Evans (1903-1975) est l’une des figures majeures de la photographie américaine. Imprégné de littérature française, qu’il vient étudier à Paris , Evans entra dans la carrière en photographiant les rues de New York. Sous l’influence d’Eugène Atget, il définit les règles d’un « style documentaire » qu’il allait appliquer à l’environnement social et culturel de l’Amérique de son époque, celle de la Grande Dépression, de la guerre et des années qui suivirent. Le livre (….) restitue intégralement son oeuvre dans la continuité de sa chronologie. On y découvrira les images d’architectures victoriennes, les reportages sur La Havane et le sud des Etats-Unis, les portraits pris dans le métro de New York, les séquences de la célèbre exposition « American Photographs » de 1938. On y trouvera aussi le choix initial des photographies destinées au livre culte « Louons maintenant les grands hommes »  et les expérimentations en couleurs menées par Evans à la fin de sa vie.

A l’occasion d’un exposition au Musée des Beaux Arts de Caen (jusqu’28 janvier), j’ai ressorti ce livre de ma bibliothèque. L’exposition  propose le regard de deux maitres de la photographie sociale..Sune Jonsson et Walker Evans ….  « Confrontation de deux témoignages entre la crise de la Grande Dépression et la disparition de la société rurale traditionnelle suédoise à partir des années 60. » Une expo intéressante malgré le petit nombre de photos…un peu frustrant :/

Quelques photos d ‘Evans  sont montrées, ses plus célèbres  sur la Grande dépressionew2ewansaw3

lumière rasante, choix des sujets..assez cliniques.

Les personnages regardent l’objectif..distance..photo documentaire, pas de pathos. Il photographie aussi les intérieurs, les objets, les fauteuils, les portes..systématique.. désir de laisser une trace neutre ..mais terriblement esthétique tout en faisant passer le désespoir, la dignité de ceux qu’il cotoie.

Il ouvre le chemin de la photo sociale, réaliste. D’une façon différente de Dorothéa Lange, il capture les sentiments et les ambiances avec moins d’empathie, plus de recul mais avec une grande vérité et une grande honnêteté. ses photos nous touchent, nous interrogent toujours.ew

Mais Evans n’est pas « que ça »…Il a photographié New York, ses architectures linéaires et aériennes, les gens du métro, les passants,  le Vieux Sud.ew4ew7

Précurseur du Pop Art, il a mis en boite graffitis et publicités..Traces humaines, symboles d’une pèriode où tout change..Les hommes, le décor, la vie, ce qui nous entoure. Des photos au design extraordinairement contemporain…il focalise sur un assemblement de poutrelles plein d’harmonie ou sur un regard perdu..on lit la douleur des gens, leur fatigue, leur joie, la beauté du pont de BrooklynLR Walker Evans - Brooklyn Bridge ou celle d’un simple outil.

Ce livre donne une bonne idée de l’étendue de son talent et de sa modernité. On le feuillette pour y croiser des visages, ressentir des atmosphères, pour le plaisir de voir de belles choses..des objets..comprendre une époque. Beaucoup de photos, peu de textes..qui suffisent bien.

Voici quelques photos de Sune Jonsson  qui (dans l’esprit d’Evans) donne une « traduction forte et suggestive » de l’éruption de la modernité dans la province de Västerbotten en Suède. Des clichés sur la fin d’un monde.

sun2 sune1

6 janvier 2013 at 13 h 50 mi Laisser un commentaire

Fin du voyage (8) et Nouvelle Année !

    Une Nouvelle Année commence aujourd’hui. Je vous la souhaite Belle et Heureuse !… C’est le moment de prendre de bonnes mauvaises résolutions, les plus faciles à tenir 😀

   Nous terminons notre périple dans le sud Ethiopien par le Pays Konso : villages fortifiés aux étranges cases entourées de palissades de bois, ruelles étroites, marchés animés.DSC_8748

DSC_8660

DSC_8720DSC_8690DSC_8732

DSC_8737

31 décembre 2012 at 23 h 15 mi 8 commentaires

Des rives de l’ Omo au pays Konso (7)

DSC_8451DSC_8599DSC_8587DSC_8608DSC_8623

DSC_8744 DSC_8756DSC_8729

31 décembre 2012 at 7 h 23 mi 5 commentaires

Ethiopie Vallée de l’Omo (6)

On descend vers la vallée de l’Omo, au pays des Karos, des agriculteurs dont les champs situés parfois très en pente sur les rives du fleuve bénéficient des crues qui apportent du limon. Un paysage tropical complètement différent des montagnes Hamer, hors du temps. Singes et oiseaux multicolores animent de leurs cris la savane. Des crocodiles se prélassent au soleil. Au loin on entend gémir une hyène.  DSC_8445DSC_8484

DSC_8495DSC_8493DSC_8534 DSC_8541DSC_8435   DSC_8169      DSC_8533

30 décembre 2012 at 7 h 43 mi Laisser un commentaire

Articles précédents


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :