Posts tagged ‘CUISINE’

En route pour un tour du monde gastronomique !

Je laisse ici la plume ….ou plutôt la spatule à ma fille qui vous parle de cuisine :o)

Ahlan wa sahlan, Bienvenue !

Le kit Kitchen Trotter de janvier

Le kit Kitchen Trotter de janvier

   A l’occasion des fêtes de Noël j’ai eu la joie de recevoir un abonnement à Kitchen Trotter. Je ne connaissais pas mais c’est un concept intéressant et très attractif pour les fondues de cuisine comme moi !

En quelques mots : chaque mois on reçoit à la maison un paquet contenant des recettes et des ingrédients, le tout sur le thème d’un pays. Il suffit d’acheter les produits frais, de suivre les instructions et le tour est joué !
J’étais très impatiente de recevoir mon premier colis aussi je me suis ruée dessus dès qu’il est arrivé. En janvier nous étions conviés au Liban !

Comment faire un duo de mezzés ? Foul Moudammas et taboulé

Comment faire un duo de mezzés ? Foul Moudammas et taboulé

Dans mon kit j’ai découvert quatre recettes et une foule d’ingrédients : eau de rose, kit à falafel, taboulé etc… et même du savon pour prendre soin de soi une fois la cuisine terminée.
Il y avait également deux autres fiches, une présentant le pays et les ingrédients et une autre avec un petit mot de l’équipe Kitchen trotter ; j’ai trouvé ça plutôt sympathique.
Évidemment j’ai réalisé les plats au fil des semaines avec au début une petite appréhension…..Cuisiner libanais pour une française ça ne va pas forcement de soi.
Heureusement les fiches sont très bien faites : les étapes simples et claires sont agrémentées d’un petit conseil ou d’une suggestion qui fait toujours plaisir surtout si on vous écrit « Ne l’oubliez pas, vous êtes une chef ! ».
Voilà une démarche originale qui met un peu de couleur (et de soleil…) dans les repas de tous les jours. J’ai hâte de recevoir ma boîte de février… Où va-t-elle bien m’emmener ?

En attendant « Bon appétit » ou plutôt Sahten comme on dit au Liban !

Le résultat

Le résultat

Namoura ? Tout est là !

Namoura ? Tout est là !

5 février 2014 at 15 h 05 mi 5 commentaires

Pizza douce…. pour temps durs

Voilà une recette de pizza facile et délicieuse !

Il faut : une pâte feuilletée, une grosse patate douce, un petit pot de crème fraîche, du chorizo, les zestes d’une orange, sel et poivre

Préchauffer le four à 200° (6/7) ; y enfourner la patate douce durant 30minutes au moins ; elle doit être tendre à l’intérieur ; l’éplucher

Dans un moule à tarte, mettre la pâte feuilletée (avec papier sulfurisé en dessous) , piquer avec une fourchette

Couper la patate épluchée en tranches (plutôt fines), étaler la crème sur la pâte feuilletéeOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Recouvrir avec les tranches de patate douce, saler, poivrer, parsemer de morceaux de chorizo et de zestes d’orange

25 min au four…. servez tiède..Miam! OLYMPUS DIGITAL CAMERA  OLYMPUS DIGITAL CAMERA

13 mars 2013 at 8 h 04 mi Laisser un commentaire

Gâteau de Pâques

 

Voilà le bon gâteau qu’on va déguster ce midi !

C’est un « carrot cake » dont la recette est sur le blog  « Carnet de voyages et de gourmandises » de Feeria…tout un programme !

Allez-y faire un tour pour trouver d’autres idées à cuisiner et à bourlinguer 🙂

                                    JOYEUSES PÂQUES !

4 avril 2010 at 8 h 36 mi 13 commentaires

Comment cuisiner son mari à l’africaine

Calixthe Beyala

Dans la rubrique cuisine et écriture, j’avais bien aimé ce livre dont j’avais parlé sur  mon ancien blog..  on mijote  dans les odeurs épicées et les torrents de mots !!!
Note de l’éditeur : C’est lhistoire de mademoiselle Aïssatou, parisienne pure black en proie aux tourments de l’amour. Mademoiselle Aïssatou est amoureuse d’un Malien célibataire. Souleymane Bolobolo vit avec sa mère qui a une poule pour animal de compagnie. Et pour séduire cet homme, il ne suffit pas d’être une  » femme flamme  » et de lui refiler un tendre baiser, il faut aussi les senteurs tropicales qui captivent. Mangue sauvage, marinade d’épices et pépé-soupe de poissons…. Mieux que les contes de Schéhérazade, Calixthe Belaya a ses philtres suaves et autres poudres magiques pour ensorceler  » l’autre « …
 
 Un  récit pittoresque et tendre des amours et de la vie parisienne d’Aïssatou : sa visite dans un magasin de sous-vêtements, ses consultations chez le marabout, la description de ses voisins blancs ou noirs , autant de tableaux  sensuels, drôles et percutants.
De bons moments d’une lecture vitaminée.
La grande affaire de l’héroïne, c’est (toujours) l’amour et la nourriture..rien de telle qu’une bonne cuisine pour attirer les maris (africains ?) et les garder…
A chaque chapitre, une recette pimentée à réaliser (ingrédients, quantités, préparation) adaptée au but que vous poursuivez …
Faute de pouvoir se procurer du boa, du crocodile ou une tortue de brousse, on peut très bien cuisiner un poulet aux citrons verts, des gambas aux épices ou des beignets de haricots rouges
Je n’ai pas encore expérimenté les recettes …effet garanti??
Et pour vous mettre l’eau à la bouche :
Aïssatou est dans sa cuisine : « je referme ma porte et le monde des parfums m’ouvre les bras. J’épice.Je sale. Je poivre et c’est la nature qui fait irruption dans la cour. Des recettes jaillissent de mes mains en vagues. je me confonds avec les vapeurs et les exhalaisons. Mes seins exhalent les senteurs des côtelettes d’agneau aux cèpes et celles doucereuses du gâteau a la pistache. Mes aisselles sont les lieux de moiteurs casserolières à rendre fou un cheval. je fais des merveilles à réveiller des volcans endormis depuis des siècles. »
…. Je ne serai plus jamais la même quand je cuisinerai un boeuf carottes ou un petit salé lentilles !

28 janvier 2010 at 12 h 42 mi 3 commentaires

Bazar magyar

Viviane Chocas

Présentation de l’éditeur : De la Hongrie, Klara ne connaît rien. Zsuska et Péter, ses parents, en quittant leur pays en 1956, ont muré leur histoire dans le silence. Seule concession à leurs origines, la cuisine de Szuska qui met dans ses plats tout ce qu’elle tait. C’est sur la table que Klara va retrouver ses origines, c’est dans la cuisine de sa mère qu’elle recherche le sésame de son autre culture pour apprendre, par les sens, la langue de ses parents. Son alphabet intime sera ces voyelles paprika, ces consonnes galuska, ces accents graves au goût âpre de noix, ou aigus à l’amertume du concombre. Pour le reste, elle va humer et imaginer : le passage du rideau de fer, la famille restée sur les rives du Danube. Aidée par de brefs séjours , elle se construit en hongrois. Peu à peu, mot par mot, elle recompose son identité, son «bazar magyar», et s’approprie l’histoire familiale d’avant l’exil.
Entre plaisir des papilles et plaisir du verbe, Klara dessine un monde sensuel et gourmand. Elle nous dit comment la nourriture constitue le lien avec le passé .
  
Chaque chapitre porte le nom d’un plat…choux farcis, biscuit roulé, galuska.. et rapproche un peu plus Klara de ses racines. Le livre, tout en nous mettant l’eau à la bouche  raconte comment grâce  aux  saveurs,  elle retrouvera  la langue de  ses parents,  se la réappropriera  dans la douleur et la passion…une quête des origines et des mots  aux sonorités sucrées, salèes, pareilles aux nourritures de là-bas..Elle mâche les mets et les mots,  avale encore  jusqu’au moment où gorgée  de tout ça mais insatisfaite, elle part pour Budapest  se frotter enfin à la réalité.
Cette recherche insatiable a commencé il y a bien longtemps à Paris, quand Klara était encore  toute petite dans  l’épicerie hongroise de Madame Suba  toute pleine d’ odeurs d’abricots couleurs  de soleil, de paprika doré et de salamis ..bien avant de savoir parler, elle sent, elle  goûte, elle savoure… alors,  peu a peu apparaît l’histoire familiale.. celle de parents dont elle ne comprend pas le mutisme, de parents qui ont  fui un pays écrasé par la Russie , la chappe de plomb de la dictature, la famille  restée là bas malgrè tout… c’est  en préparant à son tour pour ceux qu’elle aime  les plats que sa mère lui cuisinait  qu’elle  découvrira le  courage de ceux qui avaient fui et  son appartenance  à une lignée de femme extraordinaire dont elle reprend le flambeau.
Quel plaisir ce livre sensuel et passionné..roman et livre de cuisine avec des  recettes  de soupe glacée aux griottes, boulettes, mille feuilles improbable, gâteau aux oeufx durs..toute une culture qui passe dabord par la table et par les sens, un déluge de saveurs pour une redécouverte de sa véritable identité : savoir d’où on vient pour savoir qui on est …aussi un plaidoyer pour la parole qui doit circuler dans les familles même si ca fait mal, rien n’est pire que le silence, à moins que la cuisine ne serve de language et d’intermédiaire délicieux et odorant dans la transmission de cet héritage car faire la cuisine est souvent un acte d’amour ou d’amitié.
merci à Cécile pour ce livre offert lors du Swap mille-feuilles

19 janvier 2010 at 7 h 57 mi 9 commentaires

Salade arménienne

Une recette réalisée par Anna dans la cuisine de l’association « Les mots bleus »

C’est une entrée ou un plat principal qui peut être accompagné simplement d’une salade verte.

Ingrédients : 4 cuisses de poulet, 100g de noix, 3 gousses d’ail, persil, poivre, sel, mayonnaise, une grenade

Préparation : faire bouillir le poulet pendant 25 à 30 minutes

l’émietter, râper les noix, presser l’ail, couper le persil, saler, poivrer et mélanger le tout avec la mayonnaise…bien lisser et aplatir le mélange et enfin décorer avec les morceaux de grenade.

A déguster très frais…

 

 

 

 

 

 

 

Ce plat m’a rappelé le  beau film de Robert Guediguian : « Le voyage en Arménie »

17 décembre 2009 at 19 h 49 mi 4 commentaires

Swap Mille Feuilles

Cornélien.. et génial…  Deux billets sur deux « swap » à présenter le même jour… pour l’ordre de parution, j’ai tiré au sort 😮

Swap miam miam « Mille Feuilles » organisé de main de chef par Edelwe de Lectures et Farfafouilles….trois étoiles au Michelin !

c’est Cécile  qui m’a régalée…elle avait déjà gâté Enna qui habite la même ville que moi …rigolo non ? en plus elle a habité deux ans dans cette même ville..encore plus rigolo non ?

Recette d’un colis réussi:

Ingrédients :  livres,  bonne nourriture, carnet de recettes maisons,  ustensile de cuisine

Préparation :

1/déchirer ouvrir délicatement le paquet

2/commencer à saliver se réjouir au vu du contenu:

3/étaler les produits sur une table

 

4/empêcher tout le monde de se précipiter pour découvrir toutes les bonnes choses qu’on a sous les yeux…de quoi vous mettre l’eau à la bouche :

Nourritures du corps (navettes au chocolat, saucisson, sucettes,olives sucrées) de l’esprit (des livres : Natures mortes au Vatican, Bazar magyar  et  des recettes  du Languedoc) et  de quoi créer avec ces jolis coquetiers en bois à décorer…et aussi une revue de cuisine « Spécial Fêtes »!

et enfin THE CARNET   de recettes « maison », je l’ouvre un tout p’tit peu pour que vous aperceviez  les recettes secrètes…éhéhé j’ai déjà fait la première avec les crevettes..miam

MERCI à la G.O Virginie et à Cécile de m’avoir gâtée!! …fuyant la pluvieuse  riante Normandie, elle m’a fait partager les produits et les recettes du Languedoc où, la veinarde  elle habite maintenant !

C’est déjà Noël !

 

12 décembre 2009 at 6 h 39 mi 18 commentaires

Articles précédents


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :