Rescapé du camp 14 : de l’enfer nord-coréen à la liberté

17 janvier 2014 at 9 h 20 mi Laisser un commentaire

Blaine Harden91AwtGfd1PL._SL1500_

L’éditeur : La première fois qu’il a vu Shin, Blaine Harden a été frappé par son regard, hanté, fuyant, et par son corps, couvert de cicatrices. Et Shin a raconté son histoire. Celle d’un enfant né d’une union arrangée entre deux détenus ; un petit garçon témoin des pires atrocités, obligé de trahir ses camarades pour un peu de nourriture ; un adolescent forcé de travailler dix-huit heures par jour et qui a été contraint sous la torture de dénoncer ses proches. Un jeune homme qui, un jour, par miracle, a réussi à s’échapper du camp pour, hélas, connaître l’errance et l’esclavage dans les fermes qui jalonnent la frontière sino-coréenne. Avant de trouver enfin la liberté.

Un témoignage terrible sur ce qui se passe en Corée du Nord aujourd’hui. Celui d’un esclave né dans un camp, de parents internés depuis des années. Produit d’un  » élevage en batterie » d’une main d’oeuvre conditionnée qui parvient rarement jusqu’à l’âge de 50 ans Pas d’amour, de respect..Travailler 18h par jour, avec juste ce qu’il faut de nourriture pour ne pas mourir ; sévices, viols, cruauté, cafardages. Les enfants sont encouragés à dénoncer leurs parents ; pas d’amis, que des concurrents pour la survie. On meurt pour un grain de maïs. C’est le règne de la terreur :« Amour, pitié, famille sont des mots vides de sens. Dieu n’est ni disparu, ni mort.Pour Shin, il n’a jamais existé. Contrairement à ceux qui ont survécu à un camps de concentration, Shin n’a pas été arraché à une existence civilisée et contraint de descendre en enfer. Il est né au camp et y a été élevé. Il en a accepté les valeurs, il s’y trouvait chez lui. »

Tiraillé par la faim pendant 18 ans..pas d’info sur l’extérieur, le monde, la vie ; un sinistre huis clos dont il réussit à fuir par miracle.Difficile alors pour Shin de se réinserrer ds un monde qu’il ne connait pas. Il ne fait confiance à personne, fuit, cherche une raison de vivre, l’envie, l’énergie. Puis la honte vient, les cauchemars, sans cesse des cauchemars….Honte d’avoir dénoncer sa mère,  honte d’avoir trouvé normal de voir des gens mourir, des enfants battus.

Un long chemin de croix raconté sans pathos, mais dans toute son horreur et sa violence..une vie comme un animal en cage, un système implacable pour broyer et éteindre toute contestation. Un livre pour dénoncer l’inimaginable, la famine, les atrocités qui perdurent dans un pays complètement paranoïaque et imprévisible. Aucune personne charismatique pour attirer notre attention sur ce terrible problème ; pas de Dalai Lama ou de Georges Clooney pour s’y intéresser.

Un appel au réveil des consciences face à une dictature qui fait peur et qui polarisant l’attention internationale sur le danger nucléaire occulte des souffrances immenses.

200000 personnes sont encore dans ces camps

Publicités

Entry filed under: récit. Tags: .

Bonne Année Des news de Simon’s cat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :