Fugitives

13 décembre 2013 at 15 h 50 mi 2 commentaires

Alice Munro510hRbdA2SL

L’éditeur : Elles fuguent. S’échappent. S’en vont voir ailleurs. Elles : des femmes comme les autres. Par usure ou par hasard, un beau matin, elles quittent le domicile familial ou conjugal, sans se retourner. En huit nouvelles, Alice Munro met en scène ces vies bouleversées. Avec légèreté, avec férocité, elle traque les marques laissées par le temps et les occasions perdues.

« M’en aller ?  je le ferais si je le pouvais. »

Formidable talent pour happer immédiatement le lecteur dès le début de l’histoire. Phrases courtes,verbes choisis pour suggérer l’attente, le faux pas, l’indécision, la tension.

Des histoires de femmes ordinaires dont la vie pourrait ressembler à la nôtre avec ses choix, ses occasions manquées…Désir d’autre chose que le quotidien, une vie toute tracée..mais l’existence même n’est-elle pas essentiellement faite  de renoncements, de moments de lucidité et de doute ?  A travers ces nouvelles qui ont la force de plusieurs romans, tout est dit, somptueusement ficelé et ciselé par les mots et les actes.

Des femmes comme des amies ou des miroirs dans lesquels on peut scruter nos forces et nos faiblesses.Romantisme teinté d’un réalisme acide. Munro est implacable avec ses héroïnes, avec nous, pour nous signifier de ne jamais nous plaindre..A un moment on aurait dû ou pû. Faute de communiquer, de dire le vrai quoiqu’il en coûte, ( ah les non-dit ….) on est « passé à côté » ! Terminé. Rideau.

J’ai aimé le style, la manière fouillée de sonder les êtres, sa justesse, les détails qui ont tant d’importance, les paysages, le vent, les trains, le bus, les saisons, les attitudes, les voyages.. De véritables tableaux ; elle « écrit » comme un peintre, tendre parfois, mais la griffe n’est jamais loin.

Ces nouvelles, comme dans « Les évaporés », abordent le sujet de la fuite sans retour, du changement de vie, d’un choix crucial et douloureux devant des possibilités dont nous ne soupçonnons pas toujours les conséquences. Serait-ce le pivot central de notre existence ? On pourrait le croire….Mais je trouve que, quelque part, c’est plutôt effrayant !

Publicités

Entry filed under: coup de coeur, nouvelles. Tags: .

Le trophée de Noël Bollywood Express

2 commentaires Add your own

  • 1. Karine:)  |  16 décembre 2013 à 0 h 52 mi

    Je suis fortement tentée… je n’ai jamais lu cette novelliste de chez moi pourtant…

    Réponse
  • 2. saraswati  |  17 décembre 2013 à 13 h 32 mi

    Succombe….ça vaut le coup :o)

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :