Ce genre de choses

5 décembre 2013 at 8 h 58 mi Laisser un commentaire

Jean Rochefort51eMSbq-T0L

Avant-propos « C’est Harold Pinter, cet ami Nobel, compagnon du whisky, qui, dans son théâtre et dans sa vie, écrivait ou disait souvent : «Ce genre de choses.»
«Elle a six ans et demi, elle court dans un pré où il y a des coquelicots, en cueille un, s’aperçoit que sur sa tige il y a comme des petits poils, elle éclate de rire, ce genre de choses.»
«Elle voulait le quitter, ne le supportait plus, ses colères, son égoïsme, elle prend en hâte quelques affaires, ouvre la porte, court presque dans l’escalier, il la rattrape et dans l’escalier la pousse, elle se relève et repart en courant. Lui s’appuie sur la rambarde et pleure, ce genre de choses.»
Je raconte cela à Vincent Delerm, cet amoureux de l’écoute. Après un moment de réflexion, il est deux heures du matin : «Ce genre de choses, ce sera le titre du livre…», dit-il. »

Avec ses pantalons jaunes et sa moustache qui frise, l’improbable Jean Rochefort nous livre ici des petites choses de sa vie. Surtout pas une autobiographie ! Simplement quelques instants choisis, des anecdotes mises en scène avec humour et dérision.

En courts chapitres émaillés de  dialogues hilarants, il fait revivre les grandes heures de Cinecitta avec Toto, Sandra Milo, Mastroianni, les séries B, Maciste et les autres. Le conservatoire avec ses potes Marielle et Belmondo – Belmondo qui a toutes les filles qu’il veut, Marielle qui les fait fuir avec son rire caverneux – quant à lui…. Les tournages, son enfance bretonne pendant la guerre. Il jongle avec le temps, les amitiés, les émotions. Le lisant, on le voit parler avec ce phrasé si particulier, cet air de chien battu et de faux-cul parfois.

L’amour des chevaux qu’il partagera « en live » avec la reine d’Angleterre, la détestation des dictatures et des intellectuels qui les ont défendus…Sartre, Aragon. Petite et grande histoire, car il en croisé des gens célèbres, d’autres moins..   Delphine Seyrig, Noiret, Sagan, Khomeini, Doudou la Rafale, Schoendoerffer, Edouard Baer, Pat le rat… Sans se prendre au sérieux…jamais. De la distance, l’oeil toujours pétillant, pas méchant…allez un peu taquin quand même.

C’est réjouissant, décousu, barré…un hymne à l’amitié et à la fantaisie !

jean-rochefort-interview-cheval-relation-passionnelle-10(photo « Cheval Savoir »)

Publicités

Entry filed under: autobiographie, cinema, essai, humour, récit. Tags: .

Les evapores Le trophée de Noël

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :