N’aie pas peur si je t’enlace

19 juin 2013 at 6 h 39 mi 2 commentaires

Fulvio 51wzIOhavwL Ervas

L’éditeur : Un voyage de trente-huit mille kilomètres, qui commencera par la traversée des Etats-Unis en Harley Davidson. C’est cela que Franco Antonello souhaite pour le dix-huitième anniversaire de son fils, diagnostiqué autiste à l’âge de trois ans. Andrea est un ouragan imprévisible. Les objets, il les aime rangés dans un ordre méticuleux. Quand il veut savoir qui il a en face de lui, il l’enlace afin de sentir ce que l’autre a dans le ventre et pour cette raison ses parents ont inscrit sur ses T-shirts : N’aie pas peur si je t’enlace. Pourtant ce voyage se fera, à travers les Etats-Unis et jusqu’en Amérique latine, mille fois plus inattendu que prévu. Sous le regard étonné et teinté d’humour du père, Andrea caressera les crocodiles, communiquera avec les chamans indiens, embrassera les jeunes filles et enseignera à son père à se laisser aller à la vie. Il fera de cette expérience une aventure épique, difficile et grisante.

Une aventure à risque pour ce père épris de liberté qui se lance sur les routes avec un fils autiste de 18 ans. Andréa est beau comme un dieu, marche toujours sur la pointe des pieds comme s’il voulait toucher le ciel… Andréa est imprévisible. Sur leur moto, ils vont se frotter aux grands espaces américains, sans filet. L’écrivain Fulvio Ervas, à l’écoute de cette histoire extraordinaire nous en fait un récit sensible.

Il ne s’appesantit pas sur les obsessions d’Andréa, les passages à vide, les absences, les difficultés…. Elles sont là, il le dit, c’est tout ; ça n’empêche pas d’avancer, de vivre des moments de bonheur et d’amour absolu pour ce père et son fils. Un grand courage, un immense besoin de secouer le carcan du quotidien et de la maladie donnent une dimension supplémentaire à ce voyage tissé de rencontres au sein d’une nature à la mesure de leur pari …. Faire Grand, Enorme, tous les deux, loin de tout ; car il s’agit bien d’une authentique équipée qu’on aurait même du mal à suivre tellement c’est intense et bourré d’imprévus !

Un trip plein de tendresse, d’humour et de philosophie..une leçon de vie, qu’on doit empoigner quels que soient les problèmes..le voyage comme une libération, une thérapie ; pas un conte de fée…loin de là..mais une fable riche de chaleur et d’émotions.

J’ai beaucoup aimé ce livre si vivant qui donne la gnaque, l’envie d’aller à contre courant, de faire ce qu’on a envie quand on le sent, se laisser porter par la vie. C’est bien raconté, sans pathos ; l’intérêt ne faiblit jamais.

andrea 6

Publicités

Entry filed under: Aventure, coup de coeur, récit, USA, voyage. Tags: , .

Promenons-nous dans les bois Sur le chemin des Ducs

2 commentaires Add your own

  • 1. Kikine  |  19 juin 2013 à 14 h 48 mi

    Le prochain thème de mon club de lecture est le voyage … cette « petite ballade » pourrait être une option même si ce n’est pas le coeur du livre. 🙂

    Réponse
  • 2. saraswati  |  20 juin 2013 à 14 h 16 mi

    c’est quand même un vrai voyage fait d’aventures, de rencontres et de découvertes…rien n’est prévu à l’avance..une envie d’ailleurs..le propre du voyage non?

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :