Nouilles froides à Pyongyang

27 février 2013 at 19 h 18 mi 4 commentaires

Jean-Luc Coatalemnouilles

L’éditeur : Nul n’entre ni ne sort de Corée du Nord, le pays le plus secret de la planète. Et pourtant, flanqué de son ami Clorinde, qui affectionne davantage Valéry Larbaud que les voyages modernes, et déguisé en vrai-faux représentant d’une agence de tourisme, notre écrivain nous emmène cette fois sur un ton décalé au pays des Kim. Au programme : défilés et cérémonies, propagande tous azimuts, bains de boue et fermes modèles, mais aussi errances campagnardes et crises de mélancolie sur les fleuves et sur les lacs, bref l’endroit autant que l’envers de ce pays clos mais fissuré. Un journal de voyage, attentif mais distant, amusé parfois, jamais dupe.

Un voyage hors du temps dans un pays tout en plastique hanté par des fantômes et des clones de Kim Hyong  surnommé  » Le Professeur de l’Humanité toute entière ».. Tous de la même taille ( pas question de métissage, il faut garder la race pure !) même coiffure, même costume en vinalon, rues désertes, armée omniprésente, mouchards. Pour Clorinde, dandy parisien dont c’est le premier voyage à l’étranger et pour Jean qui en a vu d’autres, c’est la grande plongée vers une quatrième dimension effrayante.

Nos deux cosmonautes ont atterri dans un monde déprimant et cruel où règnent  lavage de cerveau et famine. Et pourtant ce carnet de voyage ubuesque est d’une grande drôlerie . Englués dans cet univers parallèle, ils deviennent paranos, (les passeports pris à l’arrivée ne seront redonnés qu’au moment de prendre l’avion)  décervelés à force d’être encadrés ; mais tout du long, l’absurdité des situations qu’ils rencontrent font de ce récit un moment d’humour ravageur…. l’humour comme arme pour dénoncer et se défendre contre un pays plombé par la folie de quelques uns . On est où là ? sur la terre ? La seule évasion possible pour eux, ce sont les livres qu’ils ont amenés de Paris et qui parlent d’îles ensoleillées et d’errance sur une mer bleue sans fin..Les Coréens n’ont même pas cette possibilité ; pas de télé, de journaux, les seuls écrits autorisés sont ceux des Kim.

Un pays mortifère que l’auteur arrive pourtant à rendre vivant et pathétique en nous faisant partager toute une palette de sentiments face à cette effroyable réalité. Là-bas, même la nature semble grise et factice, comme si un magicien maudit avait gelé ce bout du monde dans la haine des autres et de l’inconnu pour l’éternité. Alors, comme lui, devant ce gâchis, on est  souvent pris d’un fou rire nerveux ..Que faire d’autre ?Kim-Il-Sung

Publicités

Entry filed under: récit, voyage. Tags: .

Un dimanche en Camargue Dans l’Empire des Ténèbres

4 commentaires Add your own

  • 1. choco  |  28 février 2013 à 11 h 09 mi

    Ah, ce titre me fait très envie depuis sa sortie !!

    Réponse
  • 2. saraswati  |  1 mars 2013 à 7 h 34 mi

    A lire absolument avant de ..ne pas aller là-bas ;o)

    Réponse
  • 3. emmyne  |  1 mars 2013 à 11 h 29 mi

    Je l’avais noté celui-ci, j’attendais un avis parce que je ne sais toujours pas quoi pensé d’une précédente lecture de cet auteur… :s

    Réponse
  • 4. saraswati  |  1 mars 2013 à 13 h 29 mi

    Je n’ai rien lu d’autre de cet auteur mais je trouve le bouquin intéressant pour son style décale qui décrit bien l’absurdite et le drame de ce pays…comment peut on vivre dans un tel enfer ?

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :