La promesse de l’aube

12 février 2013 at 21 h 14 mi 2 commentaires

Romain Garygary

L’éditeur : « – Tu seras un héros, tu seras général, Gabriele D’Annunzio, Ambassadeur de France – tous ces voyous ne savent pas qui tu es ! Je crois que jamais un fils n’a haï sa mère autant que moi, à ce moment-là. Mais alors que j’essayais de lui expliquer dans un murmure rageur qu’elle me compromettait aux yeux de l’Armée de l’Air, et que je faisais un nouvel effort pour la pousser derrière le taxi, son visage prit une expression désemparée, ses lèvres se mirent à trembler, et j’entendis une fois de plus la formule intolérable, devenue depuis longtemps classique dans nos rapports : – Alors, tu as honte de ta vieille mère ?
romain Le bel hommage d’un éternel petit garçon à sa mère qui l’aimait d’un amour inconditionnel et total ; elle savait qu’il allait devenir « quelqu’un », elle seule savait, malgré l’exil et les épreuves. Par une volonté quasi mystique,elle a entretenu une flamme où tous deux se réchauffaient. Les mots du roman disent cette magie et cette terrible force.
Romain Gary, par une écriture pleine de tendresse parvient à nous  emmener dans le monde merveilleux et exigeant de cet amour auquel viendra, peu à peu, se juxtaposer la tristesse de la réalité de l’existence ; la vie n’est pas l’oeuvre d’art qu’elle lui a décrite, cette septième balle avec laquelle il n’arrivera jamais à jongler. Mais abreuvé de contes de nourrice sur une France idéalisée et bercé de légendes pleines de Dieux tartares terribles et menaçants, il deviendra le preux chevalier qu’il a promis d’être.
  J’ai particulièrement aimé découvrir ses années d’exil et de jeunesse…Par des anecdotes pittoresques, avec humour ou ironie, il rend très vivante la Pologne des années 20, les pelisses en fourrure, les belles robes de Paris, les calèches, les leçons d’escrime, de tir au pistolet..les leçons de tout ce qui pouvait faire de lui un Prince avec toujours le poids de cette exigence..ce tas de bois dans lequel il se réfugie pour rêver, reprendre courage devant les autres. Cette dualité (le monde tel qu’il est et le monde selon sa mère) le poursuivra toute sa vie ; son rapport aux femmes en sera particulièrement marqué  : « Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais. On est obligé ensuite de manger froid jusqu’à la fin de ses jours. Après cela, à chaque  fois qu’une femme vous prend dans ses bras et vous serre sur son coeur, ce ne sont plus que des condoléances »romain-gary
     C’est une autobiographie romantique, pleine d’humanité et de lucidité. Et si il lui arrive de parler de lui-même avec dérision, comme il le fait parfois des autres, ce n’est pas par mépris (on lui reprochera souvent) ; il est  seulement malheureux de voir à quel point les hommes, lui le premier, ne sont pas à la hauteur.
J’ai aimé son extrême sensibilité, son amour de toute forme de vie, son attitude écologique avant l’heure. Citoyen d’un monde imparfait que, toute sa vie, poussé par l’énergie et le souvenir d’une mère extraordinaire, il s’efforcera de rendre meilleur par sa plume et ses actes. Une lecture marquante.
Lu dans le cadre du Challenge « Un Classique par mois » chez StéphieClassique-
Publicités

Entry filed under: autobiographie, challenge. Tags: , .

La chambre rouge La Merditude des choses

2 commentaires Add your own

  • 1. zarline  |  13 février 2013 à 21 h 24 mi

    Une lecture que j’avais beaucoup aimée et dont je relis souvent quelques extraits (mon exemplaire est plein de post-it). Le personnage de la mère est juste inoubliable! Je lis les Gary au compte-goutte, histoire de profiter encore longtemps de cet auteur qui ne m’a pas encore déçue…

    Réponse
  • 2. saraswati  |  14 février 2013 à 10 h 55 mi

    ça fait du bien de lire un véritable écrivain !

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :