Relire Hopper

2 janvier 2013 at 17 h 12 mi 2 commentaires

hopper

L’éditeur: Le peintre comme modèle : Paul Auster, Norman Mailer, Grace Palet, James Salter,Walter Mosley, Ann Beattie, Leonard Michaels, sept romanciers américains dont les écrits renvoient aux lumières et aux ombres des tableaux d’Edward Hopper. Sept nouvelles, certaines inédites, pour s’immerger dans la mélancolie radieuse ou désemparée d’une solitude, quand un monde ordinaire donne lieu à des récits insolites et inattendus.Une anthologie présentée par Alain Cueff.

A l’occasion de l’exposition sur Hopper que je suis allée voir au Grand Palais ( une heure de queue de bon matin..mais ça vaut le coup !) j’ai acheté ce livre de nouvelles inspirées par son univers.
J’avais aimé « L’arrière-saison » de Besson. J’en avais goûté la nostalgie et une vraie complicité avec le  tableau dont il fait parler les personnagesphil. Aussi, j’étais heureuse de trouver d’autres textes qui racontaient d’autres vies, sa peinture s’y prête tellement. Que cachent ces visages inexpressifs ?
 Une grande solitude au coeur d’ une ville écrasante dont on ne voit qu’un pan de mur ?
A quoi pensent-ils ?
A des évènements que j’imagine tristes, inquiétants, irréels, banals, maussades. Lumière blanche, visages ébauchés, troubles, corps en attente, tête « en pensée ». un No Mans Land où tout peut arriver.
Dans ce livre, des nouvelles inattendues, hop4décalées, glauques, possibles…
 Celle de Norman Mailer très américaine, bien dans l’esprit un peu looser  des « héros » du peintre.
  Grace Palley dresse le portrait de la Middle Class : un pavillon, un couple .. la routine… le grain de sable. Tout est si propre, la pelouse, la maison, le jardin, les enfants, un décor lisse qui cache beaucoup de choses.
Et puis il y a ce texte en rapport direct avec le tableau « New York Movie »nymovie.. « Le rien qui n’est pas là ». Un bonheur.. On rentre avec  tant de facilité et de plaisir (voyeurisme ? curiosité légitime ?) dans la tête de cette femme grâce à Léonard Michaels  qui imagine – de façon fort philosophique – ce que peut penser cette ouvreuse. Il nous livre alors une belle interprétation  du rôle de la lumière chez Hopper « Même la nuit peut paraître obscurément lumineuse dans les tableaux de Hopper, ou étrangement théâtrale, comme dans un film noir, une obscurité caressante et enveloppante, séduisante et effrayante – la sensation que quelque chose à l’extérieur ne peut être dissipé par la lumière électrique. »
Puis, d’autres histoires… que j’ai moins aimées ; « J’ai créé mon néant » de Paul Auster ( extraits de Moon Palace), « Crépuscule », « L’ombre écarlate ».
chien   « Cap Code Evening » est à part. Ann Beattie met en scène le peintre lui même. C’est  sa voisine qui en parle . J’y ai retrouvé ce tableau, avec le chien,  je crois … Pour moi, c’est celui-là,  On peut le « raconter » comme ça.
  J’aime Hopper pour cette raison, ses personnages sont à la fois impersonnels et terriblement inspirants. Ils ne nous regardent pas, jamais, ils regardent en eux-mêmes ou devant eux et quand il n’y a nul personnage ou qu’ils sont loin, l’image lumineuse irradie encore de signification..nous interroge.  Que va t-il se passer ? Peut-être rien… Qui habite là ?   C’est  étrange, dérangeant, parfois menaçanthop6hopp1.
Une lecture qui complète bien l’expo, donne des pistes … et stimule l’imagination . On a très envie ensuite de se faire tout un cinéma en regardant le catalogue !
D’ailleurs, Hooper adorait le cinéma.
Publicités

Entry filed under: nouvelles, peinture, roman. Tags: , , .

Fin du voyage (8) et Nouvelle Année ! Tokyo

2 commentaires Add your own

  • 1. Lorence  |  3 janvier 2013 à 9 h 32 mi

    J’ai lu moi aussi des nouvelles inspirées par les peintures d’Hopper dans Telerama (je crois), j’aime beaucoup ce peintre.

    Réponse
  • 2. saraswati  |  3 janvier 2013 à 10 h 55 mi

    Télérama…je note 🙂

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :