Rouler

14 octobre 2011 at 6 h 10 mi 6 commentaires

Christian Oster

L’éditeur :« J’ai pris le volant un jour d’été, à treize heures trente. J’avais une bonne voiture et assez d’essence pour atteindre la rase campagne. C’est après que les questions se sont posées. Après le plein, j’entends. En même temps, c’était assez simple. Comme j’avais pris la direction du sud, je me suis contenté de poursuivre. Je voulais juste éviter Lyon, de sorte que je me suis retrouvé à la tombée de la nuit perdu quelque part dans le Massif central. » Qu’est-ce qui habite le narrateur ? Que cherche-t-il, ou que fuit-il ? Lui-même l’ignore, qui se voit rouler indéfiniment. En quittant Paris, il n’envisage sa mobilité qu’à travers des images de route et ne pense même pas à marcher, excepté pour se dégourdir les jambes. Rencontres de hasard, conversations, silences, changements d’itinéraire, haltes plus longues que prévues : son périple se déroule au fil de l’improvisation et il trouve sa voie dans une atmosphère de mélancolie voilée. La vérité des personnages, le dépouillement de l’écriture et de l’action font de ce roman typiquement osterien un modèle du genre.

Circulez, si j’ose dire….y-a rien à voir

Très déçue par ce livre , ce road movie sans saveur ; sûr, c’est pas Kerouac …triste et plat, pas de surprises malgré le parti pris du hasard des rencontres et de l’itinéraire.

Un certain talent pour raconter les attitudes, les conversations et manies  des gens ordinaires  ; mais il ne fait que  survoler les êtres sans attachement, sans empathie, comme on observe des insectes ou lui-même dans une glace déformante.

Le filtre de la tristesse rend la nature et les hommes sans attraits, si c’était le but, c’est réussi… Mais la lecture elle-même devient terne et sans attraits..on ne partage pas son mal-être trop « objectif »…. de la dérision parfois,  un côté absurde qui aurait pu faire mouche, mais c’est un pétard mouillé. La route se transforme vite en impasse pour lui et pour nous…. je n’ai pas adhéré…j’aurais bien voulu, mais les sentiments sont tellement escamotés qu’on ne partage rien ; on subit le livre, son indécision, ce  » j’men foutisme » passager de quelqu’un qui est mal, s’accroche à des détails neutres qui ne nous parlent pas. A la fin,  il réintégrera  la société des hommes et des sentiments en retrouvant un ancien camarade de lycée… Il parviendra à enrayer une dispute conjugale et jettera même un regard « chaleureux » sur une poitrine féminine particulièrement engageante..voilà, il va mieux et on n’est même pas content pour lui car le héros ne nous fait plus ni chaud ni froid !

Impression d’enlisement  et de  sur-place…pas un livre pour moi !

Publicités

Entry filed under: carton rouge, roman, voyage. Tags: .

Dans les forêts de Sibérie Limonov

6 commentaires Add your own

  • 1. Choco  |  15 octobre 2011 à 21 h 12 mi

    Ah ben justement, je me tâtais pour ce bouquin. J’étais intriguée tout en sentant qu’il y avait quelque chose qui me retenait. Maintenant c’est tranché ! Merci 🙂

    Réponse
    • 2. saraswati  |  25 octobre 2011 à 14 h 37 mi

      je me suis (bêtement) laissée tenter par le titre .. me tâter j’aurais pû et passer mon chemin j’aurais dû 😉

      Réponse
  • 3. wens.  |  24 octobre 2011 à 17 h 45 mi

    je sens que je vais faire un détour…par Villeneuve ou par Mende ? peut-être ferais un demi-tour en direction de Florac: c’est beau le Lozère! mais pas avec Oster

    Réponse
    • 4. saraswati  |  25 octobre 2011 à 14 h 35 mi

      oui c’est beau, mais la Haute Loire c’est encore mieux 🙂 .

      Réponse
  • 5. Loula  |  31 octobre 2011 à 19 h 59 mi

    Et bien te voilà finalement de retour! Moi j’ai failli aussi mais je patine…
    Pour Christian Oster j’adore ses livres jeunesses qui sont pétillants et plein d’humour mais le seul livre « adulte » que j’ai lu ne m’a pas convaincu, ça avait bien commencé mais….
    Du coup maintenant je ne lis plus qu’en jeunesse!!!

    Réponse
    • 6. saraswati  |  1 novembre 2011 à 8 h 11 mi

      mais oui de retour…comme les feuilles mortes et les châtaignes…l’hiver me fait rentrer à la maison 😉 je suis bien étonnée d’apprendre qu’il écrit pour la jeunesse ….

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :