Au bord du monde

29 avril 2011 at 13 h 22 mi 7 commentaires

Astrid Wendlandt

Le Mot de l’éditeur : Jeune journaliste, c’est lors d’un reportage qu’ Astrid Wendlandt découvre le peuple des  Nenets, éleveurs de rennes à proximité du cercle polaire. aimantée par la force de vie de ce peuple, elle décide de partir explorer les royaumes de Borée. La jeune femme nomadise avec eux dans la toundra sauvage, partageant leur vie de longs mois pour tenter de comprendre comment la culture nenets a survécu aux tyrannies des tsars, aux collectivisations forcées et à l’anarchie qui a suivi l’effondrement du régime communiste. Pourquoi et comment n’ont-ils pas encore été engloutis par la modernité ? Le mystère des Nenets, leurs croyances et leurs coutumes invitent à penser qu’il reste encore quelques arpents de la planète où la beauté, la magie et le sacré sont à portée de main.

L’aventure au bout du monde pour cette fille courageuse et têtue ; envie de toucher du doigt son rêve, partir là haut au royaume de Borée :  » Me voici au bord du monde, enfin ! je m’approche de l’eau(…) autour de moi tout est vaporeux et blanc. Je marche aveuglée. Quelle sensation étrange. J’ai la chair de poule, je me sens perdue., j’avance dans le coton. Ai-je passé une de ces portes secrètes de l’Arctique ? Comment le savoir  (….) Le ciel est si bas que je peux voir par delà les nuages ! Mes pieds touchent terre mais j’aperçois la mer et la toundra comme si ma tête transperçait le ciel. J’ai envie de crier « 

Par trois fois elle partira au pays des Nenets, ces pasteurs du Grand Nord sibérien qui nomadisent encore  près de la mer de Barentz ; avec eux elle sillonnera la toundra, dormira sous le tchoum, partagera leur repas de renne bouilli. Malgrè le rouleau compresseur du stalinisme et les mirages de la modernité, c’est un peuple qui résiste. Certains se perdent dans la violence et la boisson,  mais ceux qui conservent leurs coutumes sont forts d’une vie libre et difficile au service des rennes, leur survie ; une planche de salut qui  permet à ce peuple secret de garder et de transmettre une culture millénaire en communion totale avec la nature et les éléments.

Astrid a l’ âme russe, mystique et pragmatique ; une baroudeuse qui affronte crânement dangers et obstacles. Elle rencontrera des brutes (son compagnon de voyage finira par la battre!) mais aussi  des gens formidables, des femmes fortes, fières de leur peuple.

Elle dresse un tableau terrible de la Russie..le gaz qui bouleverse tout, les fantômes des milliers de prisonniers du goulag engloutis dans le froid et l’oubli, l’alcool, le sol qui se réchauffe..un monde en survie,  oui mais un monde fascinant, d’une grande spiritualité…grands espaces infinis et désolés où on se perd, territoires  vertigineux dans lequel l’homme essaie  d’exister au milieu des esprits  qui habitent ces immensités gelées. Terres de chamanes.

Un livre plein de chaleur et de générosité,  écrit par une fille du Nord ; elle vient du Québec, enfant des bois et des vents qui, ressentant un appel irrésistible vers ces espaces gelés nous fait aimer et découvrir l’antique civilisation du renne qui subsiste encore là bas.

 

Lu pour le challenge « récit et carnet de voyage » de Thiphanya

Choco avait bien aimé aussi

Publicités

Entry filed under: Aventure, coup de coeur, voyage. Tags: , .

Nos amies les bêtes 1 Rancinan : de tableaux en photos

7 commentaires Add your own

  • 1. emmyne  |  29 avril 2011 à 19 h 35 mi

    Choco m’avait plus que tentée, maintenant c’est obligé o))

    Réponse
    • 2. saraswati  |  30 avril 2011 à 9 h 45 mi

      une fille vraiment attachante qui ne nous cache ni les difficultés ni les désillusions de son voyage….mais elle est portée par un rêve qui lui révèle ce que d’autres n’auraient pas vu !

      Réponse
  • 3. choco  |  30 avril 2011 à 11 h 43 mi

    Ah oui, j’avais adoré ce récit ! Très cultivé tout en étant très accesible. Et puis c’est UNE voyageuse ! 🙂

    Réponse
    • 4. saraswati  |  30 avril 2011 à 13 h 26 mi

      c’est vrai, elle connaît son sujet à fond et propose une biblio très complète ; et effectivement, c’est une vraie fille qui prend le temps de faire sa toilette et de se maquiller dans les conditions les plus dures..chapeau !…alors que les hommes ont souvent tendance à se laisser aller dans ce genre de circonstance ^^.

      Réponse
  • 5. Tiphanya  |  2 mai 2011 à 18 h 41 mi

    Tu me donnes envie de le lire.
    Pour info, comme tu as déjà lu un récit pour l’Europe, je l’ai mis dans les récit écrit par une femme.
    Il te reste à lire Amérique, Afrique et Asie et tu auras fini (en catégorie Yoko Tsuno)

    Réponse
    • 6. saraswati  |  7 mai 2011 à 15 h 20 mi

      c’est noté 🙂

      Réponse
  • […] Sud, l’avis d’Isabelle ; – Au bord du monde, Astrid Wendlandt, Russie, l’avis de Saraswati ; – Marche sur mes yeux, Serge Michel et Paolo Woods, l’avis de Caroline ; – Chroniques de […]

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :