L’oiseau canadèche

7 février 2011 at 21 h 45 mi 11 commentaires

Jim Dodge

Le Mot de l’éditeur : À près de 80 ans, Jake envisage sereinement l’avenir : c’est qu’un vieil indien lui a révélé le secret de l’immortalité, la recette d’un tord-boyau carabiné, le « Râle d’agonie », qu’il est a peu près le seul à pouvoir avaler . À la mort de sa fille qu’il a à peine connue, Jake se bat pour gagner le droit de recueillir son petit-fils : c’est que l’administration rechigne un peu à confier l’enfant à un vieux solitaire excentrique, porté sur le jeu et la bouteille, réfractaire à toutes les contraintes sociales. Quelques divergences de caractère semblent éloigner le jeune Titou de son grand-père, en particulier sa passion pour les clôtures ainsi qu’une relative sobriété, alors que toute forme de barrière répugne son alcoolique de grand-père. Mais le duo fonctionne pourtant bien, et mieux encore du jour où Titou découvre Canadèche, canard boulimique et fort sympathique, qui devient le compagnon préféré. La vie s’écoule  peinarde, à peine perturbée par la présence sur leur domaine d’un antique et monstrueux sanglier… En lequel Pepe Jake croit reconnaître la réincarnation de son vieil ami indien, alors que Titou le chasse comme son pire ennemi…Un délicieux conte naturaliste moderne, un trésor de malice et de tendresse brillant comme un coeur de canard…

un pur plaisir la lecture de ce petit livre …un grand-père désopilant, buveur, joueur, allumé, et qui finalement se révèlera  immortel…. jusqu’au moment de sa mort. Et surtout un trio magnifique, Pépé Jake, Titou et Canadèche, bloc indivisible qui oppose à tous ceux qui proclament « Nous refusons absolument tout ce qui sort de l’ordinaire » un cinglant « Eh bien, ça doit vous faire une petite vie bien merdeuse et salement étroite non ? » Une chouette philosophie!
Avec ce roman-canard, on barbote dans la joie et l’irrévérence, la poésie et la trivialité. Pépé Jake est vraiment mal élevé, mal embouché, soulard, libertaire, contestataire ; mais il a  un coeur énorme et parfois une sensibilité de jeune fille ; il  croit à la  réincarnation d’un Indien en un gros sanglier du nom de Cloué-Legroin, aux esprits des bois..Il veut transmettre  tout ça à Titou son adorable petit fils de presque deux mètres pour cent kilos, cent kilos de gentillesse et d’obsession des clôtures, de sobriété et de haine pour les sangliers..et enfin, comment ne pas avoir d’affection pour  un colvert obèse qui adore les drive in et le pop-corn au beurre, qui flaire les sangliers à trois kilomètres et sait se  transformer en une parfaite spirale ascendante !
Un conte plein de fantaisie sidérale, de promenades dans les bois, de bonheur et de dinguerie..une bouffée d’air, un élixir de jouvence et  de liberté  à consommer sans modération !
En cherchant bien, on peut même y trouver plein de trucs profonds (signification des clôtures, des non-clôtures, des portes ouvertes ou fermées, de la réincarnation en sanglier….)…bref  de quoi alimenter de bonnes conversations autour d’un verre de « Râle d’Agonie »avec des copains.
Dans sa postface, Nicolas Richard parle de ce livre comme d’une véritable  » symphonie réalisée en harmonisant les couacs de la vie ».…c’est vrai, c’est une ode à une vie réussie, c’est-à-dire  une vie à aimer, jouer, rire, admirer la nature, respecter les animaux, fuir les contraintes et les règlements..se dandiner en lissant ses plumes ! j’ai adoré !
Publicités

Entry filed under: coup de coeur, humour, roman, USA. Tags: , .

Des ailleurs impossibles La mort et la belle vie

11 commentaires Add your own

  • 1. Gwenaëlle  |  8 février 2011 à 8 h 48 mi

    Je ne fais que survoler ton billet car je suis en train de le lire, moi aussi! 😉

    Réponse
    • 2. saraswati  |  8 février 2011 à 10 h 07 mi

      Tu as bien de la chance d’être arrivée à « survoler ».. .il y en a qui ne sont guère pressé de « voler » tout court …. j’ai hâte de lire ce que tu en penses ; moi ça m’en a vraiment bouché un coin-coin 🙂

      Réponse
  • 3. Dominique  |  8 février 2011 à 10 h 31 mi

    je l’ai lu en décembre et recommandé en cadeau de noël
    ce livre est extra, jouissif, drôle, sympathique et les personnages sont de ceux qu’on voudrait avoir pour amis

    Réponse
    • 4. saraswati  |  8 février 2011 à 12 h 17 mi

      …un beau cadeau en effet et un sacré trio qui m’a fait penser aux dessins animés de Tex Avery 😉

      Réponse
  • 5. Karine:)  |  13 février 2011 à 2 h 00 mi

    Pourquoi pas… je n’étais pas tentée avant ce billet mais l’idée d’un grand-père mal embouché et un peu déjanté ma plaît beaucoup.

    Réponse
    • 6. saraswati  |  15 février 2011 à 8 h 42 mi

      j’aurais bien aimé en avoir un comme ça !

      Réponse
  • 7. choco  |  14 février 2011 à 23 h 11 mi

    Celui là aussi je l’ai noté ! Toutes les lectrices que j’aime en font l’éloge…

    Réponse
    • 8. saraswati  |  15 février 2011 à 8 h 43 mi

      je te le mets avec « mémoires d’un yakusa » 😉

      Réponse
  • 9. choco  |  16 février 2011 à 12 h 42 mi

    Oh mon dieu… tu me gâtes là… T’es un amour ! 😀

    Réponse
    • 10. saraswati  |  16 février 2011 à 20 h 44 mi

      je sais, je sais ….

      Réponse
  • […] Dominique, Cathulu, Chaplum, Choco, Cuné,  Kathel, Keisha, Mango, Saraswati, […]

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :