Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

1 décembre 2010 at 13 h 06 mi 12 commentaires

Harper Lee

Le Mot de l’éditeur : Dans une petite ville d’Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche.
Ce bref résumé peut expliquer pourquoi ce livre, publié en 1960 – au cœur de la lutte pour les droits civiques -, connut un tel succès. Il ne suffit pas en revanche à comprendre comment ce roman est devenu un livre culte aux Etats-Unis et dans bien d’autres pays.
C’est que, tout en situant son sujet en Alabama à une époque bien précise – les années 1930 -, Harper Lee a écrit un roman universel sur l’enfance confrontée aux préjugés, au mensonge, à la bigoterie et au mal. Racontée par Scout avec beaucoup de drôlerie, cette histoire tient du conte, de la court story américaine et du roman initiatique.
Couronné par le Prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur s’est vendu à plus de 30 millions d’exemplaires dans le monde entier.

Quel extraordinaire privilège d’appéhender le monde sans idées reçues avec les yeux d’une enfant rieuse et intrépide. On est en Alabama, un état du Sud raciste, ravagé par la grande crise de 1929. Violence et pauvreté que Scout et Jem observent pour nous comme filtrées et amorties par leurs yeux « innocents ». Face aux injustices, des hommes s’élèvent avec  probité et  courage..un homme surtout Atticus, leur père.

Atticus..un père différent -trop vieux pour jouer au ballon – calme, pacifiste, mais prêt à affronter  les préjugés pour faire triompher le bien..le bien contre le mal. Pour ceux du Sud, le mal c’est la communauté  noire boycottée, considérée une sous-humanité accusée de crimes qu’elle n’a même pas commis.

 C’est vrai que l’action se situe en Amérique..mais ce pourrait être partout ailleurs où règnent l’injustice et  l’intolérance..avec une galerie de personnages savoureux ou effrayants qu’on retouve tout près de chez nous..bavardes, médisants, racistes, bigotes, âmes tolérantes et sensibles….un endroit où comme partout celui qui est différent est mis de coté. Les enfants se promènent dans ce monde avec  humour et  une totale liberté de pensée et d’agir. Totale confiance du père (la maman est morte) qui leur donne une éducation extraordinaire,  très moderne…les laisse découvrir, guide leur choix, les éclaire..pas d’à priori..à eux de se frotter à la réalité.

Un roman solaire sur l’enfance et l’adolescence… fin de l’innocence, découverte du monde tel qu’il est ; roman si bien écrit, touchant, drôle..universel en somme..un peu de nous  a été cette gamine espiègle en salopette ou ce  jeune ado sensible et entier. Dans un climat de douceur à l’image de la personnalité d’Atticus…qui contraste tellement avec le racisme et la violence qui sévissent alors…Ils s’ouvrent au monde et acceptent que  l’injustice existe..pour mieux la combattre .

Un livre aussi qui sent bon la cuisine du Sud et les belles dames endimanchées…et ce peuple noir digne et silencieux,  omniprésent dans l’histoire . On a peine à quitter les héros ..ils nous poursuivent…Scout.. quelle femme es-tu devenue ? Et toi Jem ? as-tu suivi les traces de ton père Atticus ?

un vrai coup de coeur à offrir et à faire connaître autour de soi!

lu dans le cadre du Blogoclub…d’autres billets ici

Publicités

Entry filed under: coup de coeur, roman, USA. Tags: , , .

Comme des héros sans guerre Dorothea Lange

12 commentaires Add your own

  • 1. Gwenaëlle  |  1 décembre 2010 à 17 h 44 mi

    J’aime beaucoup ton billet… C’est un très beau roman à faire lire autour de soi…

    Réponse
  • 2. saraswati  |  1 décembre 2010 à 19 h 01 mi

    merci 🙂 .j’ai adoré ce roman si particulier..le passage à l’adolescence est magnifiquement décrit …ce glissemnt vers la réalité..facilité par l’éducation reçue et par la liberté et la confiance données..ils ont toutes les armes pour affronter le monde..dommage qu’il n’y ait pas de suite !

    Réponse
  • 3. sylire  |  2 décembre 2010 à 22 h 23 mi

    Très joli billet, c’est vrai.

    Réponse
    • 4. saraswati  |  3 décembre 2010 à 8 h 00 mi

      c’est toujours facile de parler de ce qu’on a vraiment aimé 🙂

      Réponse
  • 5. Hathaway  |  3 décembre 2010 à 7 h 30 mi

    Que d’avis positifs ! Alors après ton billet, il remonte en tête de LAL et passe même sur ma liste de Noël ! Il me faut absolument le découvrir !

    Réponse
    • 6. saraswati  |  3 décembre 2010 à 8 h 03 mi

      n’hésite pas…c’est un livre magique ;)…un vrai cadeau

      Réponse
  • 7. denis  |  4 décembre 2010 à 20 h 47 mi

    j’ai aussi beaucoup aimé ce livre que j’ai également présenté

    Réponse
    • 8. saraswati  |  6 décembre 2010 à 13 h 41 mi

      il fait vraiment l’unanimité 🙂

      Réponse
  • 9. Mona  |  9 décembre 2010 à 21 h 39 mi

    J’ai moi aussi beaucoup aimé ce livre, une belle découverte ! Un roman à offrir ou se faire offrir…

    Réponse
    • 10. saraswati  |  10 décembre 2010 à 7 h 08 mi

      …et à mettre en bonne place dans sa bibliothèque 🙂

      Réponse
  • 11. choco  |  12 décembre 2010 à 10 h 58 mi

    Un vrai coup de coeur aussi pour moi !

    Réponse
    • 12. saraswati  |  12 décembre 2010 à 11 h 59 mi

      c’est vraiment un chef d’oeuvre !

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :