PHOTO – PHOTO

6 septembre 2010 at 11 h 16 mi 6 commentaires

Marie Nimier 

 «Il est une question que l’on me pose souvent, la question des idées. Comment elles arrivent, où je les pêche, le fameux « mais où va-t-elle chercher tout ça ».
De quelle façon s’est imposée, en l’occurrence, l’idée d’écrire un roman à partir d’une séance photo avec Karl Lagerfeld ?
J’ai tendance à répondre que les idées n’existent pas, qu’il n’y a que du temps. Ou si elles existent, elles ont bien peu à faire avec la pratique du roman, son écriture au jour le jour. Elles sont là en amont, couvrent des pages de notes préparatoires, puis fondent comme neige au soleil. Restent les parties du corps qu’elles ont mises en lumière, les lignes qu’elles ont inspirées. L’apparition d’un chat. Le clignement d’une paupière. Des chaussures vert tilleul. Deux lettres, un angle, une jetée. Un voyage à Baden-Baden, le rendez-vous des évaporés. La douceur de la bouche de Frederika, son velouté.»

Même si Karl Lagerfeld me sort parfois par les trous de nez…j’ai savouré ce roman insolite. Karl,  monstre de culture et d’égo  possède un je ne sais quoi de mystèrieux qui en fera la figure centrale et déclenchante de cette histoire bien singulière. 

 Tout part d’une photo que le Maitre, à la demande de « Paris Match », prend de l’écrivain … derrière ses lunettes noires , l’homme au coca light ,en deux phrases sybillines  va mettre en marche la roue du destin en la personne d’une certaine Frédérika, sosie supposée de l’auteure….Alors une idée en amène une autre ..une image provoque un sentiment… tout se mêle  dans ce récit grave et délicieux. Marie Nimier nous invite à la suivre sur les chemins de la création littéraire ; on la voit ecrire devant nous, s’expliquer, chercher les idées, les fameuses idées de l’écrivain..en fait, figurez vous que ça vient comme ça, de fil en aiguille..après, il y a de plus ou moins bons couturiers bien sûr et ici l’auteure maitrise bien son ouvrage! 

 Elle assemble à petits points des situations  hétéroclites : pour la séance photo Marie refuse de quitter des baskets tilleul qu’elle adore, ces mêmes baskets  lui feront rencontrer Huguette Malo, une karlo-maniaque, qui lui fera rencontrer  un bel ophtalmo aux yeux bleus,  retrouvant une bonne vue, elle ira voir Frederika à Baden Baden, pour y retrouver l’explication d’un dessin qu’ elle avait fait quand elle était enfant et qui la hante toujours… on voit aussi passer un chat blanc, un angle mort..etc… pas de raton laveur…mais tout un attirail de rencontres, de liens qui vont se tisser, comme un film de Lelouch, avec quelques points fixes : la correspondance avec un amant alcoolique parti au Québec, un peu sa conscience littéraire, et le souvenir  recurrent d’  Edouard Level, un  photographe  qui s’est suicidé à 42 ans, sa part d’ombre.

« Tous les livres s’achèvent de la même façon, toutes les vies, de la même façon, par du blanc » A nous en attendant d’écrire le roman de la nôtre et d’y imprimer les images de nos sentiments. Un roman « poupée russe »..comme ces matriochkas..qui nous  révèle beaucoup sur l’auteur, ses failles . Plein de mouvements, d’émotions, de détails drôles et poignants, toute une gamme de sentiments légers et graves….un retour aux blessures de l’enfance. Beaucoup d’espièglerie et de mélancolie dans ce roman très original ; un de ceux que je préfère dans cette rentrée littéraire et  qui me donne envie de lire encore Marie Nimier. coup de coeur !  Pour écouter une extrait, c’est …. ICI

je remercie la FNAC pour cet envoi. 

Publicités

Entry filed under: coup de coeur, photographie, roman. Tags: , .

ça pousse, ça pousse ! Monet ou la (loi) joie des séries !

6 commentaires Add your own

  • 1. skriban  |  6 septembre 2010 à 17 h 19 mi

    Ce qui est sûr, c’est que tu donnes très envie d’en savoir davantage sur ce roman original… L’atelier d’écriture a repris, peut-être passeras-tu dimanche prochain? 😉

    Réponse
    • 2. sarawastibus  |  6 septembre 2010 à 18 h 04 mi

      ben oui, je sais..impossible d’aller sur ton site hier :/ …je vais aller voir sur le blog de secours et peut-être t’envoyer un texte si ce n’est pas trop tard..et si je suis inspirée..je suis un peu rouillée 🙂

      Réponse
  • 3. louise  |  7 septembre 2010 à 10 h 49 mi

    J’adore Karl! Il est le seul Allemand que je connaîs qui a vraiment du style! Ses collectionnes me tuent toujours, et ses photos sont super!!! Après avoir lu son blog j’etais totalement ravie, bref: JE L’ADORE!

    Réponse
    • 4. sarawastibus  |  7 septembre 2010 à 11 h 47 mi

      voilà qui n’est pas très sympa pour tous les autres Allemands !!! moi j’ADORE ce livre ! A recommander à toutes les admiratrices du Kaiser et de la bonne littérature 😀

      Réponse
  • 5. Stephie  |  15 septembre 2010 à 7 h 56 mi

    Et pourtant il ne me fait pas du tout envie pour l’instant 😉

    Réponse
    • 6. sarawastibus  |  23 septembre 2010 à 12 h 36 mi

      ça viendra, ça viendra…:)

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :