Le Camp des Morts

1 juin 2010 at 8 h 49 mi 6 commentaires

Craig Johnson

Le Mot de l’éditeur : Lorsque Mari Baroja est retrouvée morte à la maison de retraite de Durant, Wyoming, le shérif Walt Longmire se trouve embarqué dans une enquête qui le ramène cinquante ans en arrière. Il se plonge alors dans le passé mystérieux de cette femme et dans celui de son mentor, le shérif Lucian Connally à la poigne légendaire. Tandis que l’histoire douloureuse de la victime trouve peu à peu une résonnance dans le présent, d’autres meurtres se mettent sur son chemin. Aidé par son ami de toujours, l’Indien Henri Standing Bear, et son adjointe au langage fleuri, le shérif mélancolique et désabusé se lance à la poursuite de l’assassin à travers les Hautes Plaines enneigées. Ce second volet des aventures de Walt Longmire, nous emmène au coeur d’une violence qui se terre dans les paysages magnifiques du Wyoming et hisse Craig Johnson au niveau des plus grands. La série Walt Longmire est en cours d’adaptation télévisée aux États-Unis sur la prestigieuse chaîne TNT.

Un grand plaisir à retrouver Walt. Egal à lui même tout en se découvrant un peu plus, coquin avec ces dames..regards  appuyés sur les décolletés ou reluquant d’un oeil (because une bagarre) la petite  robe noire de Vic. Tendresse, humour désabusé, ça fuse, on sourit en coin en mâchonnant négligemment un brin de paille.

Sûr, il aime les femmes, mais pas seulement, il aime aussi  les animaux et les gens règlos et ils le  lui rendent bien. Sûr aussi qu’il déteste les méchants et ici, ils le sont vraiment! Affreux, sans scrupules, de vraies ordures de l’Ouest, car  il s’en passe des choses dans le comté d’Absaroka ! Et encore plus à la maison de retraite de Durant. La mort naturelle dune vieille dame sera l’occasion de  remonter le cours d’une histoire douloureuse et tourmentée. Se méfier des gens que l’on croit connaitre, de la force de l’amour, de l’argent. Soupçons, poursuites, enquêtes sur fond de tempête de neige. Le chien sur ses basques, Walt flaire le terrain avant de foncer sur ses proies. ce ne sera pas facile, l’histoire est embroullée et les clients des gros costauds..de la réflexion et aussi de l’action…..scènes physiques, haletantes, à la limite de l’asphyxie ; on sent l’eau gelée envahir nos petits poumons . Encore mieux qu’au cinéma ! une écriture nerveuse qui sait se faire romantique  quand il parle de ses montagnes. Toujours les Bighorns au loin…une nature rude omniprésente pour réflechir, se cacher, tuer, compliquer la vie des gens. Moins d’ Indiens dans le livre, à part Henri Standing Bear  massif et puissant qui rassure tout le monde, moi la première car en véritable frère, il veille sur notre héros !

Une autre tribu a ici la vedette : les Basques, tribu  fermée, dure, avec sa langue,  ses coutumes et ses secrets mais Walt a  de la patience pour débusquer les vrais morts, les faux héritiers, les liens familiaux..une belle embrouille qu’il va résoudre tout au long de ce bouquin prenant.  Walt, touchant, sensible mais tellement viril et efficace quand il le faut..ouaww, le baiser goulu que lui arrache Vic « Elle m’embrassait comme si elle pompait du venin » ! C’est  chaud ! enfin pour notre plus grand bonheur, l’équipe Longmire s’étoffe :  deux nouveaux  acolytes. Sancho  le mexicain et  Double Tough, on sait pas trop d’où il vient mais ça promet pour la  suite ! vivement la suite !

ouaip..un bon cru encore ..une intrigue originale, des protagonistes en chair et en os, un humour omniprésent, une distance …mélancolie , paysage qu’on ne quitte pas des yeux, un vrai héros à lui tout seul, les montagnes rendent les hommes comme ça, tout bons, ou tout mauvais. Ouaip,  le Camp des Morts c’est celui de Walt, il ne laisse jamais tomber, surtout les femmes. A ce propos  les vivantes lui conviennent mieux! Et un vrai talent qui se confirme  chez Johnson pour camper des personnages qui deviennent vite familiers et crédibles dans une atmosphère parfois très flippante. Un vrai roman. l’aspect « polar » n’est  qu’un prétexte pour parler des relations humaines et d’une  nature sauvage et authentique. j’avais adoré « Little Bird »celui-là again.

Allez je pousse la porte de chez Dorothy, commande un café ou un dyrti martini, selon l’heure…j’entends le moteur de son pick-up..il ne devrait pas tarder..

Publicités

Entry filed under: polar, USA. Tags: , .

Swap Kawaï Tag limonade

6 commentaires Add your own

  • 1. Aurore  |  2 juin 2010 à 11 h 27 mi

    Je t’accompagne… on se sent toujours bien chez Dorothy!! 😀

    Réponse
    • 2. sarawastibus  |  2 juin 2010 à 11 h 50 mi

      ok !! go west …chez Tapply du côté du Maine, ça n’a pas l’air mal non plus :)…mais ça manque quand même de montagnes !

      Réponse
  • 3. Choco  |  2 juin 2010 à 21 h 31 mi

    Merde, je me suis fait offrir ce bouquin par le papa à saint malo et en fait, je n’ai pas lu le premier épisode… quelle cruche !!

    Réponse
    • 4. sarawastibus  |  3 juin 2010 à 6 h 35 mi

      pas grave, ce sont deux histoires différentes, on peut les lire ds le désordre:)

      Réponse
  • 5. Isabelle  |  4 juin 2010 à 8 h 02 mi

    J’ai Little Bird et celui-ci dans ma PAL depuis le passage de l’auteur à Paris… Y ‘a plus qu’à!

    Réponse
    • 6. sarawastibus  |  4 juin 2010 à 13 h 48 mi

      en attendant les vacances…une sacrée bouffée de pure nature et un héros bien sympa:)

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :