La folle allure

22 avril 2010 at 8 h 15 mi 8 commentaires

Christian Bobin

Quatrième de couverture :Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos cœurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allons-nous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge.

 Elle court l’héroïne…en équilibre comme le funambule sur son fil. Née dans un cirque d’une mère lumineuse et d’ un père sombre,  toute petite elle saisit les détails, les morceaux de vie que les autres ne regardent pas…le blanc et le noir, la peine et la joie..des contraires qui s’attirent, se complètent et qu’il faut apprivoiser pour être heureux..elle penchera toujours du coté du blanc, du rire, du jour contre la nuit.Son premier amour, un loup aux dents jaunes ivoire et aux yeux jaune mimosa ; son premier chagrin aussi..alors elle fugue au hasard des tournées du cirque, part sur les routes la nuit..liberté, solitude, émotion..toute sa vie, elle cherchera à ressentir ces premières sensations, si fortes, si belles….une enfance qui marque, comme elle nous marque tous, mais que nous avons si hâte  de quitter pour devenir grands.

Elle se mariera, du moins elle essaiera. Pour elle,  une cage dorée mais une cage. Son premier amant, un érable puis un ogre..et Bach..Les fugues de Bach qui lui rappellent celles qu’elles faisaient enfant quand elle quittait la roulotte en douce la nuit,  la musique pour rythmer les sentiments.

Ce livre  nous invite à la folie, à notre petite folie ;  suivre son étoile  avec légèreté et amour..ne voir que le beau, il y en a partout. La vie nous aime, à nous de jouer! Etre soi- même , toujours, parfois loin des autres et de leur amour qui nous tient..solitude où on se révèle vraiment loin des regards. Un livre sur la liberté, les petites liberté qu’on se découvre  et qui donne à la vie sa vraie valeur..tracer  sa route, réaliser ses rêves d’enfant.

j’ai adoré ce roman si léger et si grave qui donne à ce début de printemps un air de renouveau et de grande paix. Le style est  plein de poésie.. sensibilité , tendresse…léger, beaucoup d’images et de métaphores  : « La légèreté, elle est partout, dans l’insolente fraîcheur des pluies d’été,  sur les ailes d’un livre abandonné au bas d’un lit, dans la rumeur des cloches de monastère à l’heure de l’office, une rumeur enfantine et vibrante, dans un prénom millle et mille fois murmuré comme on mâche un brin d’herbe, dans la fée d’une lumière au détour d’un virage sur les routes serpentines du Jura, dans la fine touche de bleu, bleu-pâle, bleu-violet sur les paupières d’un nouveau-né.. »

 Soyez attentif au monde, aux détails..c’est là l’important, tous ces petits fragments qui bout à bout dessinent  le chemin des jours heureux. Un  livre que j’ai terminé le sourire aux lèvres avec l’envie de découvrir d’autres titres de cet auteur !

merci à Gwenaëlle qui me l’a  offert à l’occasion d’un jeu d’écriture.

Publicités

Entry filed under: roman. Tags: , .

Simon’s Cat … une calamité de chat Gourmandises

8 commentaires Add your own

  • 1. Gwenaelle  |  22 avril 2010 à 15 h 19 mi

    Je suis ravie qu’il t’ait plu!

    Réponse
    • 2. sarawastibus  |  22 avril 2010 à 16 h 43 mi

      une lecture qui donne la pêche 🙂

      Réponse
  • 3. Aifelle  |  22 avril 2010 à 15 h 23 mi

    Je l’ai lu il y a longtemps maintenant et j’avais beaucoup aimé.

    Réponse
    • 4. sarawastibus  |  22 avril 2010 à 16 h 44 mi

      il y a des livres qu’on garde dans un petit coin de soi…pour moi, celui-là en fera partie !

      Réponse
  • 5. Isabelle  |  24 avril 2010 à 8 h 20 mi

    Je ne connais ni ce roman ni cet auteur mais tu en parles trés bien!

    Réponse
  • 6. sarawastibus  |  24 avril 2010 à 9 h 47 mi

    il m’a carrément emballée 😉

    Réponse
  • 7. Mirontaine  |  27 avril 2010 à 10 h 47 mi

    Une lecture qui date pour moi, mais relire ton billet m’a rappelé toute l’émotion en refermant ce livre de Bobin.Merci

    Réponse
    • 8. sarawastibus  |  27 avril 2010 à 12 h 17 mi

      un roman précieux qui a l’art de dire légèrement des choses si profondes et si intimes.. je suis heureuse que cette petite « piqure de rappel « ait eu sur toi un tel effet 🙂

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :