Des nouvelles d’Agafia

7 avril 2010 at 20 h 12 mi 11 commentaires

Vassili Peskov

Présentation  de l’éditeur : Depuis la parution d’Ermites dans la taïga, en 1992, Vassili Peskov a fait de multiples voyages chez Agafia, femme dont la foi et le courage ont passioné plus d’un lecteur. Dans ce nouveau récit, véritable suite à l’histoire de la famille perdue dans la taïga dont Agafia est la seule survivante, on voit l’héroïne malgré elle évoluer au fil des ans. Tandis que l’amitié perdure avec Erofeï, de nouveaux candidats à la vie érémitique dans des conditions primitives et difficiles rejoignent Agafia, dont Sergeï, artiste peintre, et l’étonnante Nadia, qui après une vie dans le péché à Moscou vient elle aussi se perdre au fin fond de la Sibérie.  Depuis la parution d’Ermites dans la taïga, en 1992, Vassili Peskov a fait de multiples voyages chez Agafia. A chaque fois, il publie dans la presse le récit de ses retrouvailles. Des photos illustrent ce matériau écrit dans lequel on voit Agafia évoluer – une vraie suite à l’histoire. Les publications étant espacées d’une année ou deux, Peskov restitue à chaque fois le contexte et les personnages.

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé Agafia dans sa vieille izbouchka au coeur de la forêt sibérienne .

J’avais dévoré « Ermites dans la taïga » récit passionnant d’une  découverte incroyable : Une famille de vieux-croyants  subsistant dans une pauvre cabane , en pleine taïga, coupés du monde  depuis 1938 .Vassili Peskov y racontait leur odyssée : une  existence rude, leur adaptation à cette vie misérable et sauvage au milieu des ours, mais aussi leur inébranlable foi. Agafia, la seule survivante s’essaiera à retourner dans le monde des hommes.  Echec complet, elle repartira vivre dans la forêt.

Elle  vit toujours  là-haut dans les Monts Saian, un coin perdu de Khakassie dans les gorges de l’Abakan. On ne peut y accéder qu’en hélicoptère ou en marchant plusieurs semaines  à travers une nature inextricable.   Mais les temps ont changé. Agafia a fait des concessions et quelques éléments de confort apparaissent dans son isba…elle n’a plus peur de se faire photographier, connaît les helicoptères et les fusées. Elle sait qu’elle est celèbre, cabotine un peu parfois, mais elle m’apparaît toujours aussi fascinante et déterminée.  

Etonnante Agafia qui ne peut vivre loin de sa forêt. Certains la rejoignent comme Nadia ou Erofeî ….des personnages  marginaux, paumés, qui acceptent pour un temps une vie dure tendue uniquement vers la survie : le travail est harassant : le potager, les chèvres, le foin, le bois, la pêche…des tâches repétitives quelque soit le temps..

Intransigeante Agafia..les prières se font moins nombreuses, les interdits moins definitifs mais la cohabitation est difficile.. quelle femme! quel caractère!  Elle, elle  n’est pas là pour fuir quelque chose, elle est ici chez elle dans la forêt…. elle y est née, elle y est libre !

Elle  ne s’étonne plus de rien, n’a  peur de rien,  expérimente les médicaments modernes, découvre le dessin…. curieuse, bavarde mais toujours droite dans ses bottes en caoutchouc !

Mais Agafia viellit… 65 ans maintenant …elle n’a plus la force et l’énergie pour effectuer certains travaux pénibles et vitaux.  Alors je m’inquiète pour elle,  j’aimerais avoir d’autres nouvelles plus fraîches (aux dernières nouvelles -janvier 2013-elle se porte bien !)..elle est pour moi comme une vieille amie pas comme un phénomène..je l’ imagine là-bas..loin dans le temps et l’espace.  Le ciel est son  toit,  la forêt sa maison…. assise à côté de son antique poële en train de lire les saintes écritures ou de guetter le hibou à la lueur du clair de lune. A quoi pense-t-elle ?

Lu pour le défi : une année en Russie

Publicités

Entry filed under: voyage. Tags: , .

Syngué sabour Il est pas beau mon nouveau petit fils ?

11 commentaires Add your own

  • 1. Choco  |  9 avril 2010 à 10 h 47 mi

    Ahhh ! Encore un super titre sur des contrées lointaines qui me plait, tu t’en doutes bien ! Je me le note !

    Réponse
  • 2. sarawastibus  |  9 avril 2010 à 11 h 13 mi

    Lis d’abord « Ermites dans la taïga » pour faire la connaissance de la famille Lykov au complet. une aventure à peine croyable !

    Réponse
  • 3. Domi  |  15 octobre 2011 à 10 h 13 mi

    Forêt, de fora esti, ce qui est loin …

    Réponse
    • 4. saraswati  |  10 février 2012 à 8 h 38 mi

      joli 🙂

      Réponse
  • 5. Dardet  |  2 février 2012 à 17 h 34 mi

    Q’est devenue Agafia en 2012?
    joelle

    Réponse
    • 6. saraswati  |  10 février 2012 à 8 h 38 mi

      ben je ne sais pas..je cherche, je vais demander à une amie russe de chercher des infos dans sa langue…à suivre..

      Réponse
      • 7. Aurélie  |  28 janvier 2013 à 11 h 02 mi

        bonjour, avez vous réussi à avoir des nouvelles d’agafia?

  • 8. saraswati  |  28 janvier 2013 à 14 h 29 mi

    j’ai fait un article rien que pour vousapporter une réponse :oD

    Réponse
  • 9. Survivre isolé du monde pendant 40 ans ?  |  12 février 2013 à 13 h 11 mi

    […] ci est mort en 1988, elle a refusé de quitter sa cabane. Aujourd’hui, Agafia vit toujours (voir ici) loin de notre vie agitée, dans la taïga sibérienne où tous les soir, elle scrute les plus en […]

    Réponse
  • 10. Claire Trudel  |  18 novembre 2015 à 17 h 12 mi

    Cher Monsieur Vassili Peskov,

    Pour votre découverte d’Agafia et sa famille, votre livre «Des nouvelles d’Agafia», mille bravos!

    Du côté santé, (1) on sait qu’Agafia avait une «bosse» qui grossissait, grossissait et qui n’était pas cancéreuse mais très incommodante. (2) On sait que vu son âge, elle éprouvait de la difficulté à accomplir ses tâches quotidiennes pour tenir sa maison. (3) On sait qu’elle avait demandé l’aide d’une personne qui serait prête à vivre avec elle pour l’aider dans son travail journalier.

    Ces trois points touchent directement Agafia et c’est cela qui me préoccupe et pour lesquels je voudrais avoir des nouvelles maintenant que la campagne de marketing est terminée.

    S.V.P., des nouvelles. Merci!

    Claire Trudel – Canada

    Réponse
  • 11. AP  |  21 mars 2016 à 23 h 48 mi

    Je viens juste de finir de lire le livre. Histoire poignante d’une famille russe orthodoxe de la stricte orthodoxie toujours fidèle à leur foi première.
    Un jugement sévère d’Agafia à l’enclntreides religieuses qu’elle rendait visite: « elle n’ont de soucis que pour le corps éphémère., mais pas une pensée pour le salut de la.âme. Elle a préfère les quitter pour retourner vivre seule dans son isba, dans son ermitage, avec tout le poids de la solitude et de la faiblesse due à l’ âge. Elle est née en 1944 dans la taïga. Elle ne connait que ça.
    Qui sait si elle est encore vivante? Je serais heureux de le savoir.
    Merci

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :