Un homme accidentel

27 février 2010 at 16 h 27 mi Laisser un commentaire

Philippe Besson

Le Mot de l’éditeur : Deux êtres que tout sépare se trouvent brutalement réunis par la mort d’un inconnu. Aussitôt, entre ces deux-là, surgit, sans qu’ils s’y attendent et sans qu’ils puissent s’y opposer, un sentiment violent. Un sentiment qui va les arracher à la solitude et au mensonge. À Los Angeles, ville mythique et dangereuse, une intrigue criminelle peut quelquefois devenir une intrigue amoureuse.

« C’est du meilleur Besson, agile, léger, cursif (…) « Un homme accidentel » : le titre dit bien cette volonté de ne pas insister. Une simple chronique de quelques « jours fragiles », selon une formule chère au romancier. »

Mon deuxième Besson, après  » L’arrière saison » dont j’avais apprécié le ton et la douce mélancolie. avec une vrai talent pour saisir ces infimes moments où la vie peut basculer, où tout peut arriver. Ici c’est pareil. On est à Los Angeles dans les beaux quartiers.  A  l’occasion du meurte d’un petit dealer qui se prostitue, un flic ordinaire rencontre  une star  du cinéma, le beau Jack Bell avec sa gueule d’ange et sa dégaine de voyou.

Notre héros est marié , sa femme attend un bébé.  Pour les besoins de l’enquête les deux hommes se parlent..quelque chose se passe ..trop lourd , trop improbable…son corps ressent l’attirance avant même que l’esprit ne l’explique ou réagisse…c’est animal, hors contrôle. L’enquête est dorénavant complètement faussée..

En fait, peu importe l’histoire, l’intrigue ici ne m’a pas emballée.  c’est  seulement un écrin. L’essentiel est ailleurs…saisir le moment où on peut, on ose dire à l’autre qu’on l’aime, qu’on a envie de lui et que sans se le dire on est certain de ne pas se tromper…savoir qu’une première rencontre ne sera pas la dernière, se raisonner, déraisonner, tout foutre en l’air pour quelques miettes de plaisir et d’amour envers et contre tout…la folie totale pour ce flic hétéro follement attiré par Jack. Ils partent vivre leurs premiers instants amoureux loin de Los Angeles…Big Sur, Monterey….des lieux hantés et magnifiés par  Kerouac, Steinbeck..symboles de la liberté, de la jouissance sans entraves loin de  l’Amérique bien pensante..

Les chapitres sont très courts, s’accumulent comme autant d’instants fugaces pour former leur histoire..on les suit minute par minute, une écriture  très cinématographique…comme des polaroids surexposés.

Un roman « léger » qui se lit facilement mais qui remue des tonnes de questions comme ça, mine de rien en passant…l’art de mettre des mots et du tempo sur l’indicible . C’est raconté avec détachement, comme un fait divers parfois..une écriture très masculine, distanciée, sans fioritures, l’essentiel est dit

Un accident de parcours dans une vie  banale, pour un crime ordinaire sauf que des vies seront détruites , des destins  changés pour pas grand chose en fait…mais qu’est-ce qui lui a pris à ce flic ? c’est ce qu’il essaie d’analyser  tout au long du livre…échec sur toute la ligne… vies foutues mais aucun regret !

Publicités

Entry filed under: roman, USA. Tags: .

No et moi Les blogueurs se mobilisent pour les Restos du Coeur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :