Ni d’Eve ni d’Adam

10 février 2010 at 13 h 43 mi 4 commentaires

Amélie Nothomb

L’éditeur :  la narratrice entreprend de donner des cours de français à des Japonais dans l’espoir de mieux maîtriser… la langue nippone. Et voilà le tonique Rinri qui pointe son joli minois et entend progresser en français aux côtés d’une professeure compétente…
Rinri ? C’est un étudiant un peu loser qui a raté son entrée dans les plus prestigieuses universités japonaises et qui est un le rejeton de la haute bourgeoisie tokyoïte. C’est surtout un jeune homme avec qui le dialogue des cultures s’établira jusqu’à la relation sentimentale, avec son lot de conventions sociales délirantes, entre une mémorable présentation de la professeur à la belle famille et quelques quiproquos drolatiques.

Complètement parasitée par le cinéma.. en lisant ce livre,   j’ai eu continuellement dans la tête la vision de Sylvie Testud dans le film « Stupeurs et Temblements »… impossible de m’en débarasser!! Pour moi Amélie aura l’apparence de la comédienne ! Quant à Rinri je n’ai jamais pu imaginer ses traits…. seulement une silhouette aux gestes délicats.

C’est léger et drôle, caustique aussi ;  on découvre un Japon  forcément « exotique » donc  différent et inattendu…..quoique Rinri soit loin de l’image que je me faisais du mâle nippon…..On sent la fascination de l’auteure pour le pays.. raffinement, étrangeté, coutumes, respect, nourriture : autant de domaines qu’elle aborde allègrement. J’ai bien aimé le récit de l’ascension sur le Mont Fuji,  on y respire l’authenticité et la plénitude de l’ancien Japon, la force, même si l’héroïne  fait cette escalade  dans un état second, un peu hystérique, comme pour conjurer la solennité de l’instant. Autre moment « suspendu », le  séjour sur l’ l’ile de Sado…avec toujours l’art de Nothomb pour casser le mythe ou l’importance des choses par des remarques acerbes ou des situations comiques, comme si elle craignait le sérieux de la vie et les vrais engagements…Une attitude qui prend d’ailleurs toute sa dimension dans un éloge tout à fait contestable de la fuite, comme moyen de préserver  sa  liberté ; « courage, fuyons »..une certaine façon de voir !

Je ne connais pas les Japonais mais  j’ai quand même l’impression qu’elle est  vraiment  tombée sur une perle..un tel garçon existe-t-il vraiment ?…. Rinri apparait plutôt comme  une sorte d’idéal masculin, de quintessence ( à peine..) sexuée   d’un pays  qu’elle vénère.  Face à lui, une Amélie plus sensuelle donne heureusement à leur histoire d’amour une certaine émotion.  Adam et Eve d’une estampe moderne, décor d’ un roman très théâtral ….voilà un monde que l’on quitte le sourire aux lèvres mais avec aussi une impression de « pas abouti »au niveau des personnages.. elle a peut-être voulu ce roman ainsi, comme un subtil trait de pinceau….mais il manque parfois  d’un peu d’épaisseur !

En tout cas, je regrette vraiment le dernier chapitre….. pas assez dingue !!

Publicités

Entry filed under: roman, voyage. Tags: , , .

Self Portrait Thursday Self Portrait Thursday

4 commentaires Add your own

  • 1. Celsmoon  |  11 février 2010 à 10 h 33 mi

    J’avais beaucoup aimé celui-là 🙂 Et ne lui avais reproché que certaines envolées lyriques un peu limite 🙂 Mais je suis bien d’accord avec toi, cet homme devait être une perle !

    Réponse
    • 2. sarawastibus  |  11 février 2010 à 12 h 17 mi

      le lyrisme ne m’a pas gênée…j’aime bien le côté excessif et théâtral ; mais pour en revenir à Rinri, j’aurais aimé qu’elle étoffe davantage le personnage..pour le connaître un peu mieux;)…je me demande si elle a écrit d’autres livres sur le Japon …à voir

      Réponse
  • 3. cocola  |  22 février 2010 à 21 h 34 mi

    Je ne sais plus si c’était le dernier ou l’avant-dernier chapitre que j’avais aimé justement (sans vouloir spoiler, celui où elle s’en va), parce que je le trouvais très juste, un peu mélancolique mais « vrai ».

    Jolie illustration sur ton billet en tout cas !

    Et sinon, aurais-tu déjà choisi le roman que tu infligeras à Kali pour le challenge Caprice ? Alors, cruelle ou conciliante ?

    Réponse
  • 4. sarawastibus  |  23 février 2010 à 7 h 53 mi

    un côté romantique assez inattendu, c’est vrai….pour ce qui est du roman ..je cogite;o) cruelle ou gentille éhéhé je ne sais pas encore .. je te dis ça ce soir…

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :