Point point virgule tiret

29 janvier 2010 at 17 h 34 mi 4 commentaires

Petur Gunnarsson

quelques mots du traducteur, Régis Boyer: « Le livre que voici  donne de la vie quotidienne islandaise, telle que vue par des enfants ou des adolescents dans les années 1960, une image parfaitement juste et accordée à la problématique de la modernité en ce pays-là.
Ensuite (…) un certain surréalisme, préside sans aucun doute à l’inspiration de l’auteur  dont l’œuvre s’est régulièrement poursuivie depuis, toujours à partir des mêmes prémisses et toujours selon une visée fidèle à des racines vraiment typiques.
En somme : deux, sinon davantage, ouvrages en un seul. Une initiation à l’existence de tous les jours en Islande, et une superbe variation sur la thématique la plus profonde de nos inspirations occidentales présentes. Car Andri, Doddi, Maggi, tant d’autres, n’auraient pas tout leur sens en dehors de la Reykjavík de 1960, mais ils nous interpellent ne serait-ce que par le regard à la fois fruste et hanté qu’ils jettent sur notre condition. »

un livre pour tous les amoureux de l’ Islande…Attention c’est un pays dangereux et ensorcelant ..si on la visite un fois on n’a qu’une hâte….y repartir malgre les pluies horizontales, des solfatares traîtres, un  vent tournant qui arrache la tente au plein milieu de la nuit et les moucherons du lac Myvatn qui ont l’art de se nicher dans bien des trous du corps humain…restons corrects ..comme c’est un pays où il fait plutôt frisquet même l’été,  ils se cantonnent au nez , aux oreilles et à la bouche …. c’est déjà pas si mal !

C’est  l’histoire d’une famille : Haraldur épouse Asta, ils auront deux enfants Andri et Sista, qu’on va suivre  jusqu’a l’adolescence à travers l’école, les vacances à la  campagne, les grands-parents, le cinéma, les enterrements,…bref la vie avec ses joies et ses peines .

Un livre plein de folie et de poésie, entre légende et réalité,  saga et conte pour enfant. C’est vrai que parfois, c’est un peu embrouillé au niveau des personnages…tant pis..le propos reste drôle,  poétique, parfois cru et il est toujours temps de renouer les fils . J’ai aimé cette vision enfantine d’un pays en devenir et en mutation comme l’enfant qui devient ado..l’Islande fait sa mutation : après la guerre, coincée entre communisme et impérialisme américain, elle peine à trouver sa place dans le monde moderne ; c’est un pays surtout agricole qui vit aussi de la pêche. Mais les Islandais sont plein d’enthousiasme et de ressources ! C’est  un peuple ancien et très  cultivé, une île baignée  de légendes et de croyances . Beaucoup d’images tout le long du récit, tendres , ironiques ou philosophiques.. mais surtout on rit beaucoup … à la description de l’école maternelle, la lecture très personnelle de la BD Tarzan par la grand-mère, les séances de drague  au cinéma ou la visite du député à la ferme….avec des mots d’enfant faussement naïfs qui font mouche,    » Zazie dans le métro » version nordique ! Et puis c’est vrai que là bas, c’est un peu ça …..

« Quand les voyageurs qui avaient l’habitude de l’eau bleue sur fond de forêt verte avaient contemplé la grisaille, ils disaient « Il n’y a pas de nature ici, mais une excellente absence de nature! » et ils tenaient pour un changement de déambuler dans ce rien, le nez collé aux vitres, continuant de ne rien voir après n’avoir rien vu  – sans fin. Tout apparaissait sans fin dans ce petit pays : la pluie, les coopératives, le manque d’habitants. « Où sont les gens ? » demandaient les touristes aux guides qui tenaient que c’étaient des créatures sous terraines  et qui se plongeaient dans  des explications sur les Elfes et les Hors-la-loi jusqu’à ce que les gens que l’on voituraient en car se mettent à se ronger les ongles. Sinon les guides ne manquaient pas de dire aux touristes ce qu’ils auraient pu voir s’il n’avait pas plu. Dieu merci, la distance était courte entre les échoppes où les gens pouvaient aller aux toilettes et acheter des cartes postales des Merveilles absolues de l’Islande. »….

Publicités

Entry filed under: voyage. Tags: , .

Comment cuisiner son mari à l’africaine Pause oxygénée !

4 commentaires Add your own

  • 1. Choco  |  31 janvier 2010 à 13 h 29 mi

    UN voyage par procuration intéressant !

    Réponse
    • 2. sarawastibus  |  7 février 2010 à 8 h 58 mi

      oui, dans un pays vraiment atypique qui garde ses traditions et sa folie nordique 😉 j’adore

      Réponse
  • 3. Feeria  |  1 février 2010 à 10 h 06 mi

    Raaaahhhhhhh!!! Arrête de me donner envie de lire…. Je ne vais jamais finir de lire « controller le stress au travail » et « Management des opérations dans l’hôtellerie » si tu continues à me donner envie!! 😉

    Réponse
    • 4. sarawastibus  |  7 février 2010 à 9 h 00 mi

      A quand ton billet sur « contrôler le stress au travail »? .
      .. ça promet d’être drôlement interessant 🙂

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :