Comment cuisiner son mari à l’africaine

28 janvier 2010 at 12 h 42 mi 3 commentaires

Calixthe Beyala

Dans la rubrique cuisine et écriture, j’avais bien aimé ce livre dont j’avais parlé sur  mon ancien blog..  on mijote  dans les odeurs épicées et les torrents de mots !!!
Note de l’éditeur : C’est lhistoire de mademoiselle Aïssatou, parisienne pure black en proie aux tourments de l’amour. Mademoiselle Aïssatou est amoureuse d’un Malien célibataire. Souleymane Bolobolo vit avec sa mère qui a une poule pour animal de compagnie. Et pour séduire cet homme, il ne suffit pas d’être une  » femme flamme  » et de lui refiler un tendre baiser, il faut aussi les senteurs tropicales qui captivent. Mangue sauvage, marinade d’épices et pépé-soupe de poissons…. Mieux que les contes de Schéhérazade, Calixthe Belaya a ses philtres suaves et autres poudres magiques pour ensorceler  » l’autre « …
 
 Un  récit pittoresque et tendre des amours et de la vie parisienne d’Aïssatou : sa visite dans un magasin de sous-vêtements, ses consultations chez le marabout, la description de ses voisins blancs ou noirs , autant de tableaux  sensuels, drôles et percutants.
De bons moments d’une lecture vitaminée.
La grande affaire de l’héroïne, c’est (toujours) l’amour et la nourriture..rien de telle qu’une bonne cuisine pour attirer les maris (africains ?) et les garder…
A chaque chapitre, une recette pimentée à réaliser (ingrédients, quantités, préparation) adaptée au but que vous poursuivez …
Faute de pouvoir se procurer du boa, du crocodile ou une tortue de brousse, on peut très bien cuisiner un poulet aux citrons verts, des gambas aux épices ou des beignets de haricots rouges
Je n’ai pas encore expérimenté les recettes …effet garanti??
Et pour vous mettre l’eau à la bouche :
Aïssatou est dans sa cuisine : « je referme ma porte et le monde des parfums m’ouvre les bras. J’épice.Je sale. Je poivre et c’est la nature qui fait irruption dans la cour. Des recettes jaillissent de mes mains en vagues. je me confonds avec les vapeurs et les exhalaisons. Mes seins exhalent les senteurs des côtelettes d’agneau aux cèpes et celles doucereuses du gâteau a la pistache. Mes aisselles sont les lieux de moiteurs casserolières à rendre fou un cheval. je fais des merveilles à réveiller des volcans endormis depuis des siècles. »
…. Je ne serai plus jamais la même quand je cuisinerai un boeuf carottes ou un petit salé lentilles !
Publicités

Entry filed under: Afrique, recette. Tags: , .

Caprice Point point virgule tiret

3 commentaires Add your own

  • 1. zarline  |  28 janvier 2010 à 14 h 46 mi

    Je ne connaissais pas du tout mais ça me tente bien. Je cherche désespérémment des recettes africaines (et les ingrédients qu’il faut). Ce livre me met déjà l’eau à la bouche.

    Réponse
    • 2. sarawastibus  |  28 janvier 2010 à 15 h 26 mi

      alors ce livre est pour toi ;)…veinarde qui a pu aller en Nouvelle Zélande ! je viens de découvrir ton blog..on a des points communs ; j’ai adoré « Les arpenteurs du monde » et dans un autre genre « Ma vie est tout à fait fascinante ». quant à « Lait noir », il est dans ma PAL

      Réponse
  • 3. zarline  |  28 janvier 2010 à 15 h 28 mi

    J’ai découvert ton blog il y a quelques jours et je sens que mes visites vont être fréquentes 😉 J’attends ton billet sur Lait Noir avec impatience!

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :