Les clochards célestes

21 janvier 2010 at 9 h 05 mi 8 commentaires

Jack Kerouac

Les premières lignes : « Sans bourse délier, je quittai Los Angeles sur le coup de midi, caché dans un train de marchandises, par une belle journée de la fin septembre 1955. Etendu sur une plate-forme roulante, mon sac sous la nuque, les genoux croisés haut, je me laissai absorber par la contemplation des nuages tandis que le convoi roulait vers le nord. L’omnibus qui m’emportait me permettrait d’arriver avant la nuit à Santa Barbara où je me proposais de dormir sur la plage. Le lendemain matin, un autre omnibus m’emmènerait jusqu’à San Luis Obispo, ou bien le rapide de marchandises me déposerait à San Francisco à sept heures du soir. »

Dès les premiers mots, on a envie de prendre son sac à dos et de suivre Ray et Japhy sur la route. Ce roman en grande partie autobiographique nous replonge dans les années 60 quand s’établissaient de nouveaux rapports homme/ nature, liés à une autre  compréhension de la nature de l’homme lui-même (influence du bouddhisme ) Ray, le vagabond devient le « clodo du dharma », le moine bouddhiste itinérant. Kerouac (Ray Smith dans le livre) à la manière des sages chinois de l’ancien temps, erre sur les routes américaines parfois accompagné d’autres clochards célestes, notamment le poète Gary Snyder ( Japhy Ryder). Il se retrouve à Berkeley, berceau du mouvement hippy en compagnie de tous ces intellectuels à contre-courant, engagés dans une lutte pacifique contre l’Amérique bien pensante . Un des plus beaux moments du livre, c’est l’ascension du Matterhorn Peak par Ray, Japhy et Morley (qui tient de fantastiques discours surréalistes ). L’escalade est une quête spirituelle empreinte de « lyrisme » lorsque Kerouac nous décrit les magnifiques paysages de montagne traversés , les entrecoupant de discussions sur la société , l’abrutissement télévisuel (déjà) récitant des poèmes et parlant bouddhisme.
Mais tout n’est pas rose quand on est clochard céleste : rejet, manque de confort, incompréhension…. La liberté a un prix !!  Finalement, Ray retournera à San Francisco pour y retrouver Japhy avant de partir travailler un été comme guetteur sur le Desolation Peak dans un paysage sauvage et grandiose .. Tout ce livre est un hommage à la « Beat generation » qui marque la naissance d’un mouvement contestataire mêlant errance, retour à la nature, révolution sexuelle et rejet de la société moderne. On est alors frappé par l’actualité des thèmes abordés ici surtout par rapport à la crise actuelle : rejet de la consommation à outrance, des biens matériels…ce sont déjà de fervents écologistes défenseurs de la pureté de la nature et de sa fragilité
J’ai adoré le ton sauvage et spontané du livre plein de fraîcheur , d’humour, de poésie…et de recettes de cuisine pour randonneurs avisés..les descriptions (montagnes, cascades, animaux..) sont un enchantement : une grande paix s’en dégage… un ami, un poème ou le chant d’un oiseau peuvent suffire à rendre heureux. L’essentiel est ailleurs…et on apprend en passant , au fil des errances des choses bien intéressantes sur soi-même…
J’ai repris cet article de mon ancien blog pour  le  challenge « 100 ans de littérature américaine » organisé par Bouh
Il y aura d’autres Kerouac…c’est mon chouchou..et il y en a déjà un sur ce blog….Big sur…et bientôt un autre : Les anges vagabonds
LUS  : 2 /10

 

Publicités

Entry filed under: roman, USA, voyage. Tags: , , .

A l’abri de rien Les lapins de Lorence

8 commentaires Add your own

  • 1. christine F  |  21 janvier 2010 à 10 h 58 mi

    Jack Kerouac, un des premiers auteurs que j’ai lu… et là, j’ai comme envie de m’y replonger.

    Réponse
    • 2. sarawastibus  |  21 janvier 2010 à 12 h 05 mi

      une bonne résolution de plus…aussi facle à tenir que la couture 😉 et pour une amoureuse des voyages, c le pied !!!

      Réponse
  • 3. Neph  |  21 janvier 2010 à 11 h 02 mi

    Je crois avoir quelques a priori sur Kerouac, qui me font imaginer un texte très dense, très touffu, et je répugne à essayer…

    Réponse
    • 4. sarawastibus  |  21 janvier 2010 à 12 h 04 mi

      c’est un peu le cas pour « Sur la route »…qu’il a écrit sous l’emprise de moults substances !!! celui là est lumineux 🙂

      Réponse
  • 5. Choco  |  21 janvier 2010 à 17 h 09 mi

    dis donc tu te fais un challenge Kerouac à toi toute seule ! 😀
    Je me suis déja noté Big Sur, on verra plus tard pour la suite !

    Réponse
    • 6. sarawastibus  |  21 janvier 2010 à 19 h 33 mi

      j’en ai bien l’impression…je vais chercher si ça s’est déjà fait 😉

      Réponse
  • 7. Celsmoon  |  24 janvier 2010 à 18 h 45 mi

    ça fait si longtemps que je l’ai lu mais il y a comme des traces de lui sur moi 🙂

    Réponse
    • 8. sarawastibus  |  24 janvier 2010 à 20 h 13 mi

      c’est joliment dit ;)…c’est un livre qui marque par sa sincérité et sa générosité

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :