L’arrière-saison

8 janvier 2010 at 9 h 54 mi 11 commentaires

Philippe Besson

« Au commencement, il y a cette peinture d’Edward Hopper qu’on peut voir à Chicago. J’ai dû l’apercevoir à plusieurs reprises avant de m’en procurer une reproduction, un dimanche d’ennui. Un soir, sans intention particulière, j’ai observé la femme en robe rouge de la peinture, assise au comptoir d’un café nommé Phillies, entourée de trois hommes. Alors, çà s’est imposé à moi, sans que j’aie rien cherché. J’ai eu l’envie impérieuse de raconter l’histoire de cette femme et des trois hommes autour d’elle, et d’un café de Cape Cod. »

Qui  n’a pas rêvé un jour de donner la parole aux personnages d’un tableau…  Philippe Besson  l’a fait avec une oeuvre d’Edward Hopper dont les toiles se prêtent admirablement  à cet exercice de style : ambiance intimiste, instants familiers et quotidiens, portraits réalistes  d’une certaine Amérique nostalgique et révolue.

L’auteur  part du dessin, des couleurs, de l’ambiance de l’oeuvre pour aller au-delà des apparences, broder, inventer.  Dans ce huis clos, chez Phillies, vieux bistrot désuet à deux pas de l’océan, c’est une histoire d’amour qui cesse et une qui recommence peut-être..La femme en rouge, c’est Louise,  il y a Ben le serveur et puis deux hommes qu’on voit et un troisième qui ne viendra jamais..Louise,  personnage central du tableau et du récit. Louise ,30 ans, une vie professionnelle brillante mais sentimentale ratée. Elle nous livre ses  réflexions sur les hommes, l’amour, la passion, la rupture, les amants et les maris, la liberté et les habitudes qui lient ou qui détruisent.

Des Personnages du roman, mon préféré est  Ben, le barman…discret, fin, « en dehors », comme nous devant le tableau..il n’ose pas interferer dans les retrouvailles ou les disputes..mais Ben est un deus ex machina, le révélateur des âmes et des sentiments.On ne sait rien sur lui mais lui sait et sent tout. C’est vrai que dans le roman, il y a  parfois   des longueurs dans l’évocation des états d’âme , des redondances de sentiments et de mots…le temps passe lentement, comme délayé, délavé..un climat très mélancolique de début d’automne s’ installe ici dans ce bar, dans cette ville de Cape Cod, lieu de villégiature de la bonne société américaine, port ou s’echouent  aussi les âmes perdues et les illusions vaines..chez Phillies…bistrot mythique..on voudrait qu’il existe vraiment. On sait qu’il ne changera jamais ..immuable comme la toile qui fixe pour toujours cette histoire éternelle de femme quittée et retrouvée.. où l’on boit parfois trop pour oublier  un amour perdu, faire le point….une histoire hors du temps.

La fin est jolie car on peut l’imaginer jolie ou du moins…on sait que ça se passera encore chez  Phillies ou il n’y a que des habitués ; on n’aura quà pousser la porte en faisant tinter cette horrible sonnette pour retrouver Louise, Ben, Carter et Stephen…Quant à Norman, il ne viendra plus…

merci  Martine pour ce livre ..tendre et un peu triste… offert à l’occasion du swap « Un livre un peintre »

Publicités

Entry filed under: peinture, roman. Tags: , , .

Violet ! Profondeurs glacées

11 commentaires Add your own

  • 1. Neph  |  8 janvier 2010 à 11 h 35 mi

    Oh, j’adore ce tableau ! Il me laisse à chaque fois rêveuse… Du coup, le livre m’intéresse ! En plus, je n’ai jamais rien lu de Besson : c’est l’occasion !

    Réponse
    • 2. sarawastibus  |  8 janvier 2010 à 12 h 40 mi

      le livre colle bien à ce tableau très énigmatique en fait…des gens dans une sorte de bocal que Besson observe tel un entomologiste….assez fascinant !

      Réponse
  • 3. fée de passage  |  8 janvier 2010 à 20 h 23 mi

    J’adore Philippe Besson mais je n’ai pas encore lu celui-ci. Il va s’ajouter à ma LAL je pense 🙂

    Réponse
    • 4. sarawastibus  |  8 janvier 2010 à 21 h 07 mi

      pour moi, c’était une découverte et je me laisserais bien tenter par un autre de ses livres !

      Réponse
  • 5. Choco  |  9 janvier 2010 à 12 h 15 mi

    J’ai un bon souvenir de lecture de ce titre mais pourtant avec le temps, il ne m’en reste pas grand chose…

    Réponse
    • 6. sarawastibus  |  9 janvier 2010 à 15 h 20 mi

      c’est le cas de beaucoup de livres qui laissent seulement une petite couche qui s’ajoute aux autres…sauf les chefs d’oeuvre..c’est à ça qu’on les reconnaît non ?

      Réponse
  • 7. Stephie  |  9 janvier 2010 à 18 h 53 mi

    J’ai découvert Besson grâce à Moka. Il va falloir que j’y retourne 🙂

    Réponse
    • 8. sarawastibus  |  10 janvier 2010 à 8 h 22 mi

      je vais aussi surement lire un autre Besson..mais pas tout de suite

      Réponse
  • 9. Choco  |  11 janvier 2010 à 11 h 42 mi

    oui c’est sût et ce n’est pas pas bon signe pour ce pauvre Besson !

    Réponse
  • 10. Cynthia  |  12 janvier 2010 à 21 h 44 mi

    J’ai lu cet été « Se résoudre aux adieux », une lecture de circonstance dont je garde un souvenir ému.
    Je me demande toutefois ce que donnerait une relecture  » à froid ».
    Quoiqu’il en soit j’avais beaucoup aimé son écriture alors je tenterai peut-être celui-ci 😉

    Réponse
    • 11. sarawastibus  |  13 janvier 2010 à 7 h 24 mi

      c’est un roman plein de nostalgie et une écriture sensible qui touche au coeur.. et rappelle forcément des moments vécus..heureux ou moins heureux

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :