La maison en chantier 2

1 septembre 2009 at 14 h 33 mi 2 commentaires

Un livre de Christine Brussonchantttttttttt : Eloge du plâtre, de la poussière et du pot de peinture

Le Mot de l’éditeur: Une quarantaine de chapitres enlevés sont consacrés à l’habit de chantier, à la fatigue, aux matières poreuses, à la cabane, aux charmes des escaliers, à l’ancien contre le moderne, à l’achat d’une maison, à l’endroit où il convient de poser des étagères.
La maison devient une personne et le chantier s’impose comme le recours à la beauté. Dans ce précis iconoclaste écrit par une femme, professeur de lettres, écrivain et qui compte à son actif une vingtaine d’années de chantiers se dessine un éloge de la liberté dans le plâtre, l’enduit et le ciment.

Ce livre est un vrai bonheur!  je l’ai annoté et surligné…ce que je fais rarement…elle nous parle de tant de choses .. d’ un art de vivre authentique, des joies du travail manuel, des mains pleines de peinture et des corps fatigués par une journée de chantier.. mais plus encore, c’est un prétexte pour nous emmener sur les chemins de la poésie et de la liberté du corps et de l’esprit, un hymne au génie des vieilles maisons..une philosophie de la vie pleine d’indépendance et de créativité, illustrée de courtes citations, de quelques vers et de leçons pratiques empreintes d’un grand respect pour les  anciens

C’est la réconciliation du corps et de l’esprit, la réhabilitation du travail manuel, de l’intelligence de la main et de l’oeil..et puis rien de plus sexy qu’un homme en habit de chantier non ? (cf.le plombier polonais )…La maison comme lieu d’amour, de rêve, d’harmonie, de fantasmes, de souvenirs d’enfance, la maison achetée sur un coup de foudre parce qu’elle nous ressemble.

Alors, qu’on soit ou non bricoleur, forcément dans ce livre, quelque chose vous touchera ou vous rappellera un moment de vie, de joie ou de peine..au plus profond, l’auteure effleure l’essentiel en petits chapitres légers comme la poussière blanche du plâtre … ça laisse des traces

« Jai toujours admiré les sauvages.  Chez eux, n’existe pas cette distinction absurde entre le travail et les loisirs. Il y a la vie, entière. Ils ne connaissent rien d’autre et la vie contient tout : le travail, l’ennui, la souffrance, la joie, le plaisir de manger et de dormir, l’abandon au plaisir, le rêve. La vie est une et la vie est grande. J’ai toujours désiré que ma vie soit ainsi. Cela ne veut pas dire avoir de belles voitures et de beaux habits.(…)Non, la grande vie, c’est la vie libre. »

Publicités

Entry filed under: restauration.

La maison en chantier 1 cargo solo

2 commentaires Add your own

  • 1. bookomaton  |  4 septembre 2009 à 9 h 37 mi

    C’est de saison pour nous ! Je me réjouis de l’avoir dans ma bibliothèque.

    Réponse
    • 2. sarawastibus  |  5 septembre 2009 à 7 h 07 mi

      c’est la « bible » de la maison…à mettre à côté des livres de cuisine :o)

      Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


%d blogueurs aiment cette page :