On se prépare pour le froid

Equipement : chaussettes normandes (mensongères), sabots bretons (en matières recyclées et recyclables), pupitre et lampes (issus de la brocante signalée en dessous, un peu plus loin…et drôlement bien retapés ! non ?) pour bien écrire et surtout lire :o)OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On se prépare aussi pour des vacances : Chaumont-sur-Loire, Haute Loire et Provence. A bientôt !

14 octobre 2014 at 18 h 19 mi Laisser un commentaire

ciel nocturne

En fermant les volets ce soir, j’ai photographié le ciel car j’y ai vu un visage souriant à demi caché par une mèche de nuages noirs ; augure-t-il d’une nuit pleine de songes ? Ou est-ce plutôt un cheval qui galope autour du monde à la recherche du soleil ….

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

7 octobre 2014 at 18 h 27 mi 2 commentaires

Brocante d’automne

Brocante d’automne, plutôt gloutonne. Normal : c’est peut-être la dernière !

Ce matin, direction le Mortainais. Soleil et fraîcheur…Plaisir de flâner entre les vêtements (de plus en plus nombreux), les dinosaures en plastique (tout plein…non, non je ne cèderai pas, Arthur en a déjà un bon millier), les sandwichs saucisses (excellents), les outils anciens (sans les manches), les tables en formica de mon enfance, un renard empaillé….etc…etc… et les déco kitsch auxquelles il m’arrive parfois de succomber ;o)

Telle la reine du shopping, dotée d’un budget serré (au départ….car je n’avais pas prévu les portes d’armoire :o/) je suis partie en chasse pendant 2 heures. Mon thème ce dimanche : n’importe quoi du moment que j’en ai envie et que ce ne soit pas cher ….. et que ça peut (éventuellement) servir !

Les trouvailles :

- Deux portes d’armoire (style Louis XIV ?? dixit notre vendeur, doté – a-t-il prétendu- d’une femme bipolaire jalouse et exigeante qui lui demande des comptes sur tout ! C’est incroyable l’imagination des gens quand il s’agit de ne pas baisser les prix !!) Bonne poire, j’ai compati..en plus elles me plaisait vraiment quelqu’en soit le style. On en fera des portes de placard….Quel prix à votre avis pour ces magnifiques portes en chêne à la patine distinguée ?

IMG_0003- Une paire de patin à glace en cuir. Made in Canada. Vintage.Patins de Hokey. Taille 38. Déco ou à essayer sur une vraie patinoire ??? A voir

- Un vieux pupitre d’écolier..bien vieux et bien fatigué…marchandé âprement …restauré, il servira d’écritoire devant une fenêtre; reste à lui trouver des pieds !

- Un canevas fait MAIN et encadré.Le cadre ne m’ intéresse pas mais la couleur est sympa et je vais le retailler pour terminer un pouf que je suis en train de réaliser avec des vieilles tapisseries…à suivre

-  » Mon oncle Max et Moi » de Jean Marclay dans la collection « Stella » (n°487). Editions du Petit Echo de la Mode. Doit dater des années 30. Un folie à 50  centimes d’euro que je vais dévorer ce soir. Ce doit être un précursseur de la série IMG_0005Arlequin..j’adore !

- Deux lampes l’une à pétrole et l’autre à gaz, en très bon état avec leur verre. Montage électrique prévu pour en faire les appliques.IMG_0001 IMG_0002

5 octobre 2014 at 19 h 01 mi Laisser un commentaire

Le roi disait que j’étais diable

Clara Dupont-Monod41WsFV2JROL

Présentation de l’éditeur : Depuis le XIIe siècle, Aliénor d’Aquitaine a sa légende. On l’a décrite libre, sorcière, conquérante : « le roi disait que j’étais diable », selon la formule de l’évêque de Tournai…Clara Dupont-Monod reprend cette figure mythique et invente ses premières années comme reine de France, aux côtés de Louis VII.
Leurs voix alternent pour dessiner le portrait poignant d’une Aliénor ambitieuse, fragile, et le roman d’un amour impossible.
Des noces royales à la seconde croisade, du chant des troubadours au fracas des armes, émerge un Moyen Age lumineux, qui prépare sa mue.

Un livre flamboyant, une écriture lumineuse qui nous entraine vers une époque extraordinaire en compagnie d’Aliénor d’Aquitaine. Fière, libre, sauvage, érudite et guerrière, digne fille d’ Occitanie avide de passions et de poésies…. Troubadours énamourés, chevaliers prompts à tirer l’épée du fourreau, guerres sanglantes..pouvoir, puissance.. Face à cette fille de feu, Louis VII taciturne et roide, transi d’amour muet pour cette amazone magnifique qui connaitra bien d’autres destins, d’autres vies, un autre époux à sa mesure. Comme il est agréable de revoir (ou plutôt d’imaginer)  son histoire de France à l’aune de ce beau texte ! Qu’importe la vérité car cela aurait très bien pu se dérouler ainsi entre ces deux-là; c’est la force du livre de nous le faire croire !

Aliénor y chevauche tout du long ;  dans Paris, lors des guerres et des croisades, gourmande de la vie, de ses plaisirs et de sa rudesse.

Un roman épique à deux voix que tout oppose,mais rédigé dans une même langue superbe. L’auteur manie le verbe telle une conteuse des temps anciens, un vocabulaire riche, des phrases courtes et travaillées, des tournures percutantes;  les mots habillent de chair et de sang ce récit fait d’intimité et de déchirures, d’amour et de haine..vivant, mordant. On accroche tout de suite, on suit avec gourmandise le rythme haletant de cette chanson de geste,de ces joutes amoureuses et guerrières qui aujourd’hui encore font vibrer nos coeurs.

Allégorie d'Aliénor d'Aquitaine

4 octobre 2014 at 12 h 51 mi Laisser un commentaire

Sous le signe de Zorro

Travaux d’automne sous le signe du renard et des couleurs de saison !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un pull bien chaud pour Arthur (laines et modèle Phildar) et un adorable renardeau couché en boule. Réalisé dans une feutrine très douce, ce kit a été acheté sur le site des « Brodeuses Parisiennes ». Il ornera le mur d’une chambre.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

29 septembre 2014 at 13 h 35 mi 2 commentaires

Pétronille

Amélie Nothomb9782226258311g

Extrait : « L’ivresse ne s’improvise pas. Elle relève de l’art, qui exige don et souci. Boire au hasard ne mène nulle part.
Si la première cuite est si souvent miraculeuse, c’est uniquement grâce à la fameuse chance du débutant : par définition, elle ne se reproduira pas.
Pendant des années, j’ai bu comme tout le monde, au gré des soirées, des choses plus ou moins fortes, dans l’espoir d’atteindre la griserie qui aurait rendu l’existence acceptable : la gueule de bois a été mon principal résultat. Je n’ai pourtant jamais cessé de soupçonner qu’il y avait un meilleur parti à tirer de cette quête.
Mon tempérament expérimental a pris le dessus. À l’exemple des chamans amazoniens qui s’infligent des diètes cruelles avant de mâchouiller une plante inconnue dans le but d’en découvrir les pouvoirs, j’ai eu recours à la technique d’investigation la plus vieille du monde : j’ai jeûné. L’ascèse est un moyen instinctif de créer en soi le vide indispensable à la découverte scientifique.
Rien ne me désole plus que ces gens qui, au moment de goûter un grand vin, exigent de «manger un truc» : c’est une insulte à la nourriture et plus encore à la boisson. «Sinon, je deviens pompette», bredouillent-ils, aggravant leur cas. J’ai envie de leur suggérer d’éviter de regarder de jolies filles : ils risqueraient d’être charmés.
Boire en voulant éviter l’ivresse est aussi déshonorant que d’écouter de la musique sacrée en se protégeant contre le sentiment du sublime.
Donc, j’ai jeûné. Et j’ai rompu le jeûne avec un Veuve-Clicquot. L’idée était de commencer par un bon Champagne, la Veuve ne constituait pas un mauvais choix. »

Un roman léger comme des bulles du champagne. Inattendu et exotique.. ???    oui, exotique, l’auteur le prétend …. Mais n’oublions pas qu’Amélie Nothomb est belge :o))

Une histoire d’amitié et d’ivresse…ou d’ivresse de l’amitié et d’amour immodéré du champagne et de ses effets ; ses affres et ses plaisirs. Mensonges et disputes, et toujours cet art consommé de voler tel un pinson au-dessus des contingences de l’existence. J’aime sa folie douce qui pimente un  quotidien parfois bien morose. Tout est possible, petites et grandes décisions..Traverser le Sahara, prendre le RER B, accepter de sortir le caniche noir rasé de l’horrible Viviane Westwood.

Les mots sont bien là, l’écriture à sa place, les tournures implacables..une belle mécanique bien huilée ..on est pris, on sourit, on compatit.

j’ai aussi bien ri … AAAAh Avoriaz  Acariaz et ses locations pleines d’acariens..ça m’a rappelé un séjour pourri ; impossible d’ouvrir les fenêtres et de secouer toute une literie habitée par des milliers de mini monstres dopés à l’altitude. J’ai encore ri…un peu jaune là…lors du voyage chez les Fanto, au pays des prolos…un peu caricature là non ? Ils existent encore des communistes de cet acabit ??

C’est farfelu et touchant.Sacrée personnalité cette Pétronille !

Y a pas à dire, Amélie, le champagne est son domaine…..vraiment agréable à lire …je l’ai lu si vite…trop vite, trop agréable à lire ??? J’ai raté un message ?? Quelque chose d’important, de profond ?? peu importe en fait. Voilà un auteur qui se met en scène avec délectation, fantasme sur la copine idéale, la compagne de beuverie tout terrain (double d’elle même ?)spectatrice et actrice de son oeuvre et de sa vie ?? on peut le penser pour ce roman pas compliqué mais qui l’est peut-être un peu plus que ça ??? Bon là, on va croire que j’ai abusé de la boisson….euh un peu..j’arrête..lisez, buvez, dégustez

En tout cas, j’ai détesté la fin trop brusque de l’histoire. Comme une douche froide, l’impression de boire un quart Perrier éventé au lieu d’une flûte débordante de  Ruinart 2006… Zut, arrêtez tout p.167 à « ….bon anniversaire  » !20202-650x330-bouteille-de-champagne

28 septembre 2014 at 13 h 46 mi Laisser un commentaire

Eté

 Bientôt, reprise en main  sérieuse du blog….Pendant l’été, pas d’ordi !!!  mais toujours des livres…j’ai goûté à tout, Axel Kahn, Jean-Paul Kauffmann, … Molosses, Yeruldelgger,..etc.. L’étonnant  » Mors aux dents » de Vladimir Pozner. Et entre brocantes, balades, cueillette de champignons, averses et nuages (dans le Mézenc, certaines petites bêtes étaient à la fête ) IMG_0017bricolage et bavardages, nous avons décidé de remonter la yourte – souvenir de Mongolie- qui depuis longtemps sommeillait dans le grenier. A part quelques trous et des milliers de crottes, cadeaux des souris qui ont dû passé des hivers 004particulièrement confortables dans les feutres, elle était en bon état.

  Assemblage laborieux avec télescopage des lieux et des époques car grâce aux casques- parfois il est vrai, un peu grands-  on a a évité de recevoir les rayons de bois sur la tête et de fréquents combats ont maintenu haut le moral des troupes :o)084

020032039

25 août 2014 at 9 h 10 mi 1 commentaire

Articles Précédents


Saraswati a dit

Welcome to the Magicbus !

Articles récents

Je participe :

SWAP :

Visiteurs :

Pour me contacter :


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 28 autres abonnés